Insécurité à Touboro : Un prélat tire la sonnette d’alarme !

0
76

Dans une correspondance datée du 23 Mai 2022 et adressée au sous-préfet de l’arrondissement de Touboro, l’Abbé Pierre Yaya, Curé de la Paroisse les saints Archanges égraine le chapelet d’insécurité auquel est exposé le peuple de Dieu de cette localité. Evocation…

Touboro est une localité de 16629km2. Situé dans le département du May-Rey, région du Nord Cameroun, c’est une localité « carrefour » qui accueille un marché frontalier unique avec les ressortissants de trois pays (Tchad, RCA et Cameroun). L’arrondissement éponyme a une population estimée aujourd’hui à 300.000 âmes ayant à la tête Monsieur Gambo Sadjo, Administrateur Civil Principal, Sous-Prefet. C’est d’ailleurs lui le destinataire de la correspondance dont nous avons copie et dans laquelle, Pierre Yaya, Prêtre, dénonce les nombreux cas d’insécurité. Pour le prélat, c’est la « panique totale » ; ce qui s’y passe est « plus qu’un conte de fée (…) l’arrondissement de Touboro est devenu un théâtre d’enlèvements avec demande de rançon par des hommes lourdement armés ».  Pour illustrer l’ampleur de la situation, l’homme de Dieu va présenter ce qui semble être le mode opératoire des brigands : « ils viennent nuitamment avec une forte armure composée d’armes à feu, de flèches et d’épées. Ils débarquent dans les domiciles et prennent des personnes de tout âge ». Selon lui, une fois disparu dans la nature, les kidnappeurs négocient généralement la rançon par le canal du chef du village. Le curé recense en huit mois (Septembre 2021-Mai 2022) pas moins d’une cinquantaine de victimes réparties dans quatorze villages de l’arrondissement. Il va plus loin en citant en exemple une quinze de cas d’enlèvements avec noms des victimes, date, lieu des forfaitures et montant des rançons. On y apprend que les pertes en vie humaine sont effectives et les montants des rançons plafonnent parfois à 30 millions de franc CFA.

L’Abbé Yaya dans sa lettre appelle le gouvernement Camerounais et les autorités administratives et sécuritaires locales à réagir face à ce qu’il considère comme « le réveil du diable machiavélien dans cette localité ».  Rappelons que cette dénonciation n’est pas la première ; l’ONG Humanity Purpose a longtemps décriée l’insécurité grandissante dans cette localité du pays. Le Journal Œil du Sahel dans son numéro du 29 Avril 2022, chiffrait à 44 cas d’enlèvement pour le seul mois d’avril 2022.  Chez nos confrères de Koaci.com, une source sécuritaire ayant requis l’anonymat indexe les terroristes de Boko Haram, mais surtout des bandes organisées constituées de populations locales en complicités avec des malfrats recrutés parmi les réfugiés centrafricains. Selon cette même source, les comités de vigilance initiés par les populations peinent à être efficace et sont parfois infiltrés. La même source renseigne que la porosité des frontière avec les pays voisins est de nature à faciliter la recrudescence des kidnappings. En attendant la réaction des autorités administratives et sécuritaires, le Maire de Touboro Célestin Yandal et Mgr Faustin Ndjodo Archevêque de Garoua ont apporté leurs soutiens à l’Abbé Pierre Yaya et aux populations locales.

Lionel KANA