Photo de famille

Le Mercredi 16 Février 2022, s’est tenue au siège de la CENC, la cérémonie d’ouverture de l’Assemblée Général des Responsables des Collèges Catholiques du Cameroun. Cette cérémonie a connu la participation du représentant du Secrétaire Général de la Conférence Épiscopale Nationale du Cameroun (CENC), l’Abbé Nicodème Ondoua Mekongo. Les travaux de ce rendez-vous annuel visent à mettre en place des stratégies pour préserver l’excellence académique tout au long de cette année scolaire 2021-2022.

Il est 9h passé de quelques minutes ce mercredi matin, lorsque le protocole de la cérémonie convie le Secrétaire à l’éducation du diocèse d’Eseka à dire la prière d’ouverture des travaux dans la salle Saint Paul de la CENC. C’est une salle quasi pleine qui abrite pour la circonstance, les acteurs centraux de l’éducation catholique du Cameroun. Venus du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest, ils ont répondu présent à cette tâche qui est la leur. Le Révérend Père Zephyrinus Yem Mbuh, Secrétaire National à l’Education n’a d’ailleurs pas manqué de saluer de façon particulière ceux des principaux venus des zones du pays actuellement sous la violence des crises socio-politiques : « I welcome in a special way those of you who have braved the odds to come out of war-torn zones – Kumbo, Mamfe, Kumba, Bamenda and Buea. We extend words of encouragement and comfort to each one of you. In the absence of gunshots, do your best to participate fully in all the activities of the general assembly», martèle-t-il au passage.

Les travaux de cette Assemblée Générale se tiennent autour du thème choisi pour l’année scolaire 2021-2022 « l’école catholique au service de l’intégrité, d’une citoyenneté responsable, et de la santé des jeunes dans le contexte des changements globaux dans les dynamiques d’apprentissage ». Les principaux des collèges catholiques mesurent par cette thématique les menaces qui pèsent et entravent l’éducation nationale au plan général notamment la consommation des stupéfiants par les apprenants, les abus sexuels sur mineurs, les vidéos à caractère sexuel des élèves devenues virales etc. Dans la perspective de rester à l’abri de ces contre-valeurs, l’assise abordera ces différentes questions telles que le montre l’agenda d’ailleurs très chargé de la circonstance.

Le Secrétaire National à l’Education Catholique n’a pas manqué de rappeler dans son allocution la mission de l’Eglise Catholique à travers l’école catholique. Faisant siens les propos des Pères Conciliaires : « l’école catholique poursuit des objectifs culturels et la formation humaine de la jeunesse. Mais sa fonction propre est de créer pour la communauté scolaire une atmosphère particulière animée par l’esprit évangélique de liberté et de charité, d’aider les jeunes à grandir selon les nouvelles créatures qu’ils ont été faites par le baptême en développant leur propre personnalité, et enfin d’ordonner à toute la culture humaine à l’annonce du Salut afin que la connaissance que les élèves acquièrent peu à peu du monde, de la vie et de l’homme soit éclairée par la foi » il invite ainsi les participants à travailler jours et nuits en faveur du respect de cette orientation que donne Gravissimum Educationis.

L’abbé Nicodème Ondoua Mekongo, Secrétaire Général adjoint de la CENC, a fait part à l’assistance de l’attention et de l’intérêt des Evêques pour ces travaux. Rappelant les fléaux qui minent le secteur éducatif, l’Abbé réitère la mission éducative de l’Eglise et invite les participants et aussi la communauté éducative toute entière, enseignants et parents, à travailler à protéger les collèges catholiques de ces dérives, afin de garantir aux apprenants une formation intégrale. Le Secrétaire Général Adjoint de la CENC a officiellement ouvert les travaux avant  la séance de photo de famille.

Moïse Bayi Ngwa