Faut-il jeter nos Lions Indomptables à la poubelle après la CAN 2021?
Bien sûr que non.

Pour la très grande majorité des Camerounais, le douloureux verdict du match de demi-finale de la 33è coupe d’Afrique des Nations du 03 Février 2022, qui est tombé après une confrontation épique de 120 minutes, soldée par un score vierge entre les Lions Indomptables du Cameroun et les Pharaons d’Egypte, – prolongée par une victoire Égyptienne par Penaltys – a été le vecteur du scénario-catastrophe que tout le monde redoutait.
Faudrait-il, à l’issue de ce résultat horrifiant, décider du bannissement de l’équipe nationale du Cameroun et de son ravalement dans les poubelles de l’histoire ? La présente contribution s’érige en faux contre pareille attitude et plaide plutôt pour l’adoption par les Camerounaises et les Camerounais d’une attitude plus lucide et mesurée, malgré l’immense déception qui se comprend parfaitement.
Au moins trois arguments pourraient plaider en faveur d’une attitude plus mesurée après le choc de la soirée du 03 février au stade flambant neuf d’Olembé.

Premièrement, footballistiquement parlant, nul ne saurait nier que des deux équipes sur le terrain, c’est plutôt les Lions Indomptables qui avaient la maîtrise des opérations pour une plus grande partie de la confrontation. La preuve ? Les Egyptiens n’ont pu cadrer pratiquement aucun tir et leur attaquant-vedette, Mohamed Salah, a été quasiment invisible tout au long du match, à l’exception d’une seule attaque dangereuse qui a été courageusement stoppée par le gardien de but Camerounais, André Onana, dans une situation de un-contre-un.
Les statistiques officielles de la CAF indiquent que la possession de balle était de 53%-47% en faveur du Cameroun (Source : www.footmercato.net consulté le 06/02/2022, à 18h10).
Toujours est-il qu’à la fin de la partie, le realisme et la grande experience des pharaons ont primé sur le manque de lucidité offensive et l’impreparation aux tirs aux buts de la sélection Camerounaise. D’où la déception de la très grande majorité des supporters Camerounais qui ont assisté à un résultat qui ne refletait pas les prestations sportives des protagonistes sur le terrain.
Au plan sportif donc, le Cameroun n’a pas démérité et a peut-être produit sa meilleure prestation du tournoi ce jour-là, aussi paradoxal que cela puisse paraître.

Deuxièmement, par rapport a l’historique de la compétition, il s’avère que la très grande majorité des pays organisateurs de la CAN ne l’ont pas gagné.
Voici le palmarès des pays qui ont organisés et perdu la CAN, avec entre parenthèses le nom des pays vainqueurs de ces mêmes tournois.

Années Pays hôtes Pays vainqueurs

1957 Soudan Egypte
1965 Tunisie Ghana
1968 Éthiopie Zaïre
1972 Cameroun Congo Brazza
1974 Egypte Zaïre
1976 Éthiopie Maroc
1982 Libye Ghana
1984 Côte d’Ivoire Cameroun
1988 Maroc Cameroun
1992 Sénégal Côte d’Ivoire
1994 Tunisie Nigeria
1998 Burkina Faso Egypte
2000 Ghana-Nigeria Cameroun
2002 Mali Cameroun
2008 Ghana Egypte
2010 Angola Egypte
2012 Gabon-Guinée Equ Zambie
2013 Afrique du Sud Nigeria
2015 Guinée Equato Côte d’Ivoire
2017 Gabon Cameroun
2019 Egypte Algérie
2022 Cameroun Sénégal

Source : CAF, 2022

Il ressort du tableau ci-dessus, que seuls onze pays organisateurs, soit 33%, ont gagnés les compétitions organisées sur leurs sols. Un tiers ne représente sûrement pas la majorité des cas concernés.

La troisième raison pour laquelle il conviendrait de conserver toute sa lucidité dans ces circonstances difficiles pour tout supporter Camerounais.
C’est de se souvenir que c’est après la débâcle de la 8è coupe d’Afrique des Nations en 1972, qu’est né le label « Lions Indomptables » qui a occupé le devant de la scène footballistique africain, puis mondiale, pendant un demi-cercle !
Les temps de tourment, de perplexité et de questionnement sont souvent porteurs de regeneration et de refondation.
Voyons donc 2022 comme un nouveau départ avec de nouvelles infrastructures qui ont enchanté et émerveillé l’Afrique et le monde, dans une compétition qui a attiré le chiffre record de 1200 hommes et femmes de média, venus de 54 pays dont 23 d’Afrique. (Source : Directeur de la communication de la CAF, invité de la CRTV/Television, journal, du 04/02/2022 à 20h30).

Comment maximiser l’utilisation des infrastructures et la notoriété sportive du Cameroun
durant la période post-CAN 2021?

Tenant compte de la présence des plus hautes autorités mondiales du football à Yaoundé, le Cameroun gagnerait peut-être à se proposer pour l’organisation de la prochaine coupe du Monde Junior. Cette démarche aurait deux avantages : Faciliter une meilleure utilisation de nos infrastructures sportives d’une part et Préparer l’éclosion d’une génération de jeunes footballeurs qui aura pour mission principale d’aller à la Coupe du monde pour dépasser l’étape du quart de finale et ramener le trophée au pays d’autre part.

  • Demander la prise en compte des infrastructures sportives Camerounaises par la CAF et la FIFA dans l’organisation des nombreux événements sportifs de classe mondiale :
    Coupe du monde féminine, Coupe du monde junior, Super coupes européennes ou asiatiques délocalisées, coupe des confédérations, divers matchs de gala des grands clubs en quête d’un impact planétaire, donc d’une visibilité africaine, etc…
  • Envisager la création d’une école de formation dans les métiers du stade (technique et management) par la CAF à l’intention de toute l’Afrique, avec siège au Cameroun.
  • Création d’une Super league africaine de football qui accueillerait les meilleurs joueurs et les meilleurs coachs africains et mondiaux. Si ces objectifs étaient réalisés à plus ou moins long terme, alors l’organisation de la 33è CAN au Cameroun aura effectivement servi de point de départ vers de nouveaux horizons pour la marche glorieuse du football national et continental.
    C’est la raison pour laquelle il faut considérer qu’après l’orage vient le beau temps. Pour conclure sur une note humoristique, nous espérons que nos frères ivoiriens ont bien lu et compris le sens profond du message contenu dans cette brève analyse.
    Nous espérons également que l’ensemble de celles et ceux qui ont fait l’honneur au Cameroun de s’intéresser a cette 33e édition de la CAN ont pris bonne note de la performance des lions Indomptables lors de la petite finale du 05 février 2022 au stade Ahmadou ahidjo de Yaoundé.
    Beaucoup de Camerounais étaient serein en se rappelant que l’équipe nationale n’a jamais perdu dans ce stade depuis 1988.
    Rendez-vous donc l’année prochaine en Côte d’Ivoire.

Pr Jean-Emmanuel PONDI

NB: Je vous invite une fois de plus à Bienvouloir visiter ma chaîne YouTube (https://m.youtube.com/channel/UC_TXZLj9BpY4JHNbB7Olcqg/videos)
et ma page amazon (https://www.amazon.com/s?k=Jean-Emmanuel+pondi&crid=O8DOCLYIG4OU&sprefix=jean-emmanuel+pondi%2Caps%2C403&ref=nb_sb_noss)