ONAPEEC: « (…) la première action est la formation du parent sur le rôle qu’il doit jouer dans la communauté éducative »

0
931

L’actualité récente dans l’éducation catholique au Cameroun est inscrite dans les assises de la 30e assemblée générale et l’ONAPEEC et la rencontre du comité permanent des secrétaires à l’Éducation catholique. Au lendemain de ces rendez-vous important, la rédaction de votre journal est allée à la rencontre d’un acteur majeur de la sphère éducation catholique au Cameroun.

La Rédaction : Bonjour Monsieur Wilfried Ntolo , comment vous allez ?

W. Ntolo : Bonjour Lionel Kana, je vais plutôt bien, merci. Et vous ?

La Rédaction : Bien merci. Alors qui est Wilfried Ntolo ?

W.Ntolo : Tout d’abord merci à votre rédaction de me donner l’occasion de m’exprimer. Je suis Wilfried Donatien NTOLO, Président Diocésain des APECY Secondaire de l’Archidiocèse de Yaoundé. Je suis par ailleurs Secrétaire d’Administration, Promoteur et porteur de projets de développement communautaire.

La Rédaction : C’est à la faveur de l’assemblée générale l’ONAPEEC que vous vous êtes retrouvé devant les projecteurs de l’éducation catholique. Nous y arrivons. Pouvez-vous nous présenter brièvement l’ONAPEEC ?

W. Ntolo : l’Organisation Nationale des Associations des Parents Elèves de l’Enseignement Catholique  (ONAPEEC),est une organisation reconnue et légalisée par le Préfet du Mfoundi suivant le récépissé N°00188/RDA/J06/BAPP du 24 mai 1993. Le but visé est la formation intégrale de l’apprenant, la vulgarisation de l’Evangile, la visibilité des écoles et collèges, la promotion de leur action au sein de l’Eglise et dans le monde.

La rédaction : l’ONAPEEC est donc pour l’enseignement catholique ce que les APEE (Associations des Parents d’Élèves et Enseignants) sont pour l’enseignement laïc ?

W. Ntolo : C’est de çela qu’il s’agit. Néanmoins permettez-moi de préciser que l’objectif ici est de promouvoir la formation intégrale de tout l’être humain et sa visibilité ; favoriser la connaissance réciproque entre associations des parents d’élèves catholiques depuis les secteurs géographiques (écoles à la base) jusqu’au plan national en passant par les Diocèses et les Provinces Ecclésiastiques.

La rédaction : M. Ntolo quels sont les effectifs de l’ONAPPEC ?

W. Ntolo : Difficile pour nous de vous donner exactement les effectifs de l’ONAPEEC à la base. Mais nous savons que nos établissements confondus ont près de 355 000 élèves ;  pour les membres de l’Assemblée Générale, nous sommes au nombre de 80.  

La rédaction : Vous venez d’être brillement élu à la tête de l’ONAPEEC. Quelles sont les grandes lignes de votre programme qui ont certainement séduit les électeurs que sont les délégués de parents d’élèves ?

W. Ntolo : Je remercie tout d’abord les électeurs pour la confiance placée en ma modeste personne. Je ferai le maximum pour en être digne. Pour les grandes lignes de mon programme ; il y a d’abord la visibilité de l’ONAPEEC de la base (école) jusqu’au niveau national en passant par les Diocèses, sans oublier l’international. Ensuite, il sera question pour nous et les parents de mieux accompagner l’école catholique non seulement en jouant pleinement le rôle qui nous incombe mais aussi, financièrement. Pour cela, il faudra former le parent à ce concept et exercice. Enfin, il faudra se laisser former à mieux gérer les ressources financières et humaines disponibles. 

La rédaction : Nous sortons de deux rendez-vous important, notamment les assises de la 30e assemblée générale et l’ONAPEEC et la rencontre du comité permanent des secrétaires à l’Éducation catholique. Monsieur le Président,  l’école catholique se porte-elle-bien ?

W. Ntolo : Seul celui qui est de mauvaise foi qui dira que l’école catholique se porte mal. Nous savons tous au Cameroun que l’Enseignement Catholique est le meilleur donc forcément se porte bien ; Nous avons pour preuve, les différents classements aux examens officiels de l’année scolaire écoulée, les établissements catholiques occupent les premières places et s’offrent même le luxe de confisquer le top 10 desdits classements. 

La rédaction : le thème de l’année scolaire 2021/2022 dans l’enseignement catholique est : « l’école catholique au service de l’intégrité, de la citoyenneté responsable et de la santé des jeunes dans le contexte des changements globaux des dynamiques d’apprentissage ». Comment l’ONAPEEC entend-t-elle rendre vivant les idéaux contenus dans ledit thème ? Quelles sont les actions et activités que vous comptez mener ?

W. Ntolo : Tout d’abord nous sommes conscients que les enfants sont à l’image de leurs parents. Alors, il faudra d’abord former les parents aux valeurs contenues dans ce thème et par la suite, il faudra mettre à la disposition de l’école catholique les moyens nécessaires pour l’atteinte des objectifs visés par la thématique.  

La rédaction : on a toujours décrié le non implication des parents d’élève dans les projets scolaires et éducatifs de leurs enfants, comment entendez-vous traiter cette question à l’ONAPEEC ?

W. Ntolo : La nature a horreur du vide… l’absence des parents dans les activités de l’école amène le Chef d’Établissement à jouer à défaut les deux rôles.  Pour résoudre ce problème, la première action est la formation du parent sur le rôle qu’il doit jouer dans la communauté éducative ; La deuxième action, c’est le plaidoyer auprès de toutes les instances éducatives et auprès de l’Épiscopat en charge de la question éducative à la CENC, afin que l’on réanime l’application des textes sur la gestion des établissements.   

La rédaction : pour certains parents, l’enseignement catholique coûte encore chère, et demeure difficilement accessible à des familles issues de la classe moyenne ? Militer pour la réduction des couts de formation dans les collèges catholiques figure dans votre plan de bataille ?

W. Ntolo : Il n’y a pas de bataille ici, tout est dialogue. Nos enfants sont nos meilleurs investissements, et l’on ne veut que du meilleur pour son enfant. Aussi, je ne pense pas que l’école catholique soit chère, quand vous regarder tout ce qui est mis en œuvre pour un bon encadrement des élèves, vous serez même surpris des montants des scolarités. Je suis Président APECY au Collège Bilingue Jeanne ALEGUE MESSI, quand je vois toute l’énergie qui mise à disposition pour encadrer nos enfants, le montant de la scolarité amène à comprendre l’aspect social de l’Enseignement Catholique.  Pour les conditions d’accès, ce n’est que par voie de concours car, cet exercice permet d’évaluer l’apprenant qui sollicite nos établissements.     

La rédaction : un dernier mot à l’endroit des parents d’élèves qui vous liront…..

W. Ntolo : À l’endroit des parents d’élèves, je voudrais tout simplement leur demander de garder le regard fixé sur le Christ à travers la déclaration conciliaire Gravissimum Educationis, au numéro 3, qui reconnaît que les parents, co-auteurs de la vie, sont les premiers et principaux éducateurs de la foi de leurs enfants. Merci de vous intéresser à notre organisation. 

La rédaction : C’est nous qui vous remercions pour votre disponibilité. Bon vent à votre mandature.

W. Ntolo : Merci !

Un entretien réalisé par Lionel Kana