L’éditorial de Roland Ekodo

0
38

Son Excellence, Jean-Yves Ledrian, Ministre des affaires étrangères de la France s’inquiète du niveau de prédation des ressources minières de l’Afrique par la Russie et la Chine et en appelle à un nouveau Deal des partenaires avec le continent. ( très bien).

Quelques questions philosophiques du reste:

1) Est-ce que le grand omnivore gaulois du diamant ( en RCA),des forêts( au Cameroun,) de l’or( Burkina et RDC),de l’uranium( du Niger) du Cacao ( de Côte d’ivoire),du pétrole (au Gabon, Tchad et au Congo Brazzaville)… lui-même est devenu végétarien,garde-écologique, ou entré en Carême de ressources entre temps. Ou alors, serait-il simplement préoccupé par l’arrivée d’autres grands félins mandarin et soviétique?

2) En jouant donc le dartagnan et le nouveau zorro qui vole au secours d’une Afrique historiquement spoliée, dépécée et pressée de son patrimoine naturel,est-ce qu’il s’est déjà un jour confessé ou, même intéressé avec angoisse,sur la boulimie insatiable et inextinguible en matières premières et de la ploutocratie des firmes multinationales,des réseaux directeurs et suppôts de la « françàfric » depuis un siècle pour nous en convaincre de sa bonne foi? Puisque trois proverbes concourants disent « qu’il faut commencer à balayer devant sa porte » ou alors « il faut d’abord enlever la paille qui est dans son œil avant de ».. ou finalement « Quand on se courbe pour guetter ceux qui sont courbés, ceux qui sont derrière vous, vous regardent également.

3) Au regard des facteurs de puissance de la Russie et de la Chine,du basculement critique des sociétés civiles et gouvernements africains vers les BRICS( Brésil,Russie,Inde,Chine) et surtout de sa politique étrangère, est-ce que la France a encore les leviers diplomatique et géopolitique pour distribuer les cartes minières à ses concurrents internationaux ou pour opérer le partage des richesses en Afrique?

4) Dans ces jérémiades et lamentations politiques, est-ce que les Livres blancs en France, leur veille stratégique et leurs analyses prospectives sur le continent africain,n’ont pas vu venir la déferlante critique du précarré par les sociétés civiles et intellectuels africains, ou encore prévu l’entrée en jeu d’autres acteurs dans le contexte de la mondialisation, ou anticipé sur la percée de l’hégémon russe et de l’empire du Milieu en changeant leur démarche sur le terrain?

Par exemple l’Afrique lui a dit de manière radicale et avec fermeté, par la voix de sa jeunesse sankariste,lumumbiste,kadhafiste et Gbagboyiste,qu’elle ne veut plus du Franc CFA et de l’imposition et support des tyrans à la tête des États. Est-ce qu’elle a alors compris ? N’est-ce pas elle croit qu’elle peut toujours se jouer de la vigilance des panafricanistes et de leur intelligence économique pour un temps ou pendant tout le temps? Le temps nous dira.

Quand on fait une analyse sémiologique du sentiment anti-français y compris sur les Murs de RFI à Facebook et dans les médias africains,on irait même à penser que certains africains pour leur consolation et leur guérison contre les traumatismes de la colonisation française préféreraient et iraient même jusqu’à céder leur continent au diable simplement pour se venger de la France.

Pour preuve: -ils sont paradoxalement moins exigeants et visiblement moins soucieux de la présence russe et chinoise qu’ils découvrent à peine-Qui n’ont pas bonne presse- Qui n’épousent même pas leurs filles comme les français-Qui discriminent les noirs chez eux( en Chine et en russie).Dont ils ne maîtrisent même pas bien la langue et les agendas politiques cachés.

Deuxième observation empirique: Les souhaits par les africains de défaites des clubs français et des bleus en compétition internationale où évoluent majoritairement leurs frères( noirs et arabes) pourtant,ou encore la stigmatisation lapidaire de tous les intellectuels africains et hommes politiques africains associés de près ou de loin aux dîners organisés par la France officielle.
Or les mêmes africains ne vouent pas la même haine aux allemands et aux anglais et aux américains,turques…( Qui sont présents sur le continent).Autrement j’aurais pensé au racisme systémique anti-blanc du continent.

Donc il faut écouter la jeunesse africaine d’en bas. Les discours et les promesses mirobolantes du changement de partenariat ne suffisent plus. Si le sommet de Montpellier n’a rien pu alterer,il faut croire que même le mercurochrome de Bruxelles en février 2022 où est prévu ce deal ne changera rien.

Encore qu’il ressemble étrangement à un nouveau congrès de Berlin ou finalement aux réunions du G5 sahel où on gronde les présidents africains comme des bambins pour avoir coupé une part de gâteau à la Russie et à la Chine.

Roland Ékodo, politiste