Grève à Hysacam : C’est qui l’ordure ?

0
119

Les capitales politique et économique du Cameroun croupissent depuis quelques jours sous le poids des immondices, ordures et autres déchets domestiques et ménagers. Les grands carrefours urbains et périurbains montrent un spectacle désolant. La puanteur qui y envahit l’atmosphère laisse perplexe sur le sérieux, d’une réelle politique de préparation et d’accueil d’une compétition continentale dans quelques semaines. Les raisons immédiates de ce lugubre et crasseux décor sont dans la grève lancée par les employés de la société parapublique Hysacam, société détenant le monopole dans son domaine.

quelles images prises dans les cités capitales

Les employés d’Hysacam posent sur la table un chapelet de revendications : paiement de trois mois d’arriérés de salaire, paiement des primes diverses, arrêt des licenciements abusifs, application de la convention collective, délivrance de la carte professionnelle, fourniture d’équipement de travail etc… une kyrielle de revendications diffusées par leurs soins dans un pamphlet au titre ironique : C’est qui l’ordure ? Comme pour dire qu’une entreprise qui n’assure pas le minimum de condition à ses employés est-elle ordurière?

pamphlet de revendication des employés d’Hysacam

Quoi qu’il en soit, dans nos enquêtes, nous avons appris que la colère des syndicalistes est montée d’un cran après que la direction de l’entreprise ait réceptionné à grand pompe une centaine de camions neufs il y a quelques semaines. C’était au cours d’une cérémonie faste, sous une pluie de projecteurs médiatiques. Un évènement qui a laissé les employés songeurs voire dubitatifs. En effet, c’est le motif de « tension de trésorerie » qui leur a été servi pour expliquer le retard dans le paiement de leurs émoluments mensuels. Pourtant, la facture de l’achat desdits camions s’élève à 10 millirads de FCFA.  Selon des sources en interne, Les camions ont été achetés il y a fort longtemps et c’est la pandémie à COVID-19 qui a retardé la livraison. Pour Michel Ngapanoun, PDG d’Hysacam, ces camions « permettrons d’assurer la propreté des villes au moment où le Cameroun s’apprête à accueillir un évènement sportif majeur ».  

Les services internes de l’entreprise soutiennent mordicus que les tensions de trésorerie sont réelles et les lignes budgétaires rigides. Une version qui tend semble se confirmer, puisque certains journaux locaux annonçaient le matin du 29 octobre2021, que le Ministère camerounais des Finances, avait débloqué une somme de 07 milliards de franc CFA, en vue d’alléger la dette de l’Etat auprès de cette entreprise, dette estimée à 10milliard de franc CFA. Une bouffée d’oxygène pour le top management de l’entreprise et les employés; bouffée qui viendra certainement aussi dissiper la puanteur qui a pris possession de Yaoundé et Douala.

Tout compte fait, les défis Marketing et de séduction médiatique qui s’imposent au pays de Paul Biya, Samuel Eto’o et Roger Milla, à la veille d’une compétition de grande envergure comme la Coupe d’Afrique des Nations, doivent imposer une certaine rigueur dans la gestion de l’image de notre cité capitale. Pour Pierre Bruno Lontchi Amougou, habitant de Yaoundé « ce pays est très compliqué (…), on va payer deux mois de salaire à ces gens au meilleur des cas, ou  au pire des cas recruter de nouveaux employés, du moins trouver une solution pour nettoyer tout ça le temps d’accueillir la CAN (…) en Février 2021 on se retrouvera dans les mêmes travers ». Face à ce desastre de management il ne reste plus qu’a prié avec la bienheureuse Vierge Marie, Patronne du Cameroun que le temps ne lui donne pas raison…

Lionel KANA