Durant la mi-journée du lundi 27 septembre 2021, une nouvelle triste envahit la toile au Cameroun : le décès du Sultan Roi des Bamoums de suite de Covid-19. Ce qui s’apparentait aux yeux de certains à un canular sera confirmé dans la soirée par des images venus du palais royal de Foumban où l’on découvre des notables entrain d’exécuter les rites traditionnelles de l’annonce du décès du roi. Ibrahim Mbombo Njoya est donc décédé. Nous vous proposons un regard rétrospectif sur le parcours du haut comis d’État qu’il a été.  

Ibrahim Mbombo Njoya était le 19ème roi des Bamoums (peuple installé dans la région des grassfields à l’ouest du Cameroun). Fils de Seidou Njimouluh Njoya, il est né le 27 octobre 1937 à Foumban et a été intronisé Roi le 09 août 1992 ; il avait alors 55ans.  Au terme d’études primaires à Foumban, il ira poursuivre ses études secondaires en métropole Française, puis reviendra les parachever au Lycée Général Leclerc de Yaoundé. Après son Baccalauréat, il poursuivra ses études supérieures au Sénégal, à l’Institut d’Etudes Administratives Africain de Dakar. Il y obtiendra un diplôme du deuxième degré. Autorité traditionnelle depuis son intronisation, Ibrahim Mbombo Njoya a eu un parcours professionnel et une très riche carrière politico-administrative. Elle débute en 1957 au poste d’Attaché au Cabinet du Haut-commissaire Français de la République du Cameroun. Après l’indépendance du Cameroun français (de 1960 à 1962), il est nommé Directeur du Cabinet du Secrétaire d’Etat chargé de l’information puis Directeur du Cabinet du Ministre des Forces Armées. Ibrahim Mbombo Njoya a ainsi fleurté avec les couloirs du pouvoir et du milieu sportif au Cameoun dépuis sa jeunesse, il a ainsi été succéssivement: Commissaire Général à la Jeunesse, au Sport et à l’Education populaire puis Vice-ministre de l’Education nationale, de la Culture, de la Jeunesse, et des Sports et président de la FECAFOOT.

Diplomate chevronné, le Sultatnt Roi des Bamouns a été Ambassadeur du Cameroun en Guinée-Equatoriale (juillet 1970), puis Ambassadeur du Cameroun en Egypte (jusqu’en 1981). Une carrière diplomatique couronnée le 4 décembre 1981, par sa nomination au poste de Vice-ministre des Affaires Etrangères du Cameroun par le président Ahidjo. Le Roi Njoya a ainsi occupé d’importants postes régaliens dans l’architecture administrative et gouvernante du pays de Paul Biya. Deux ans après la crise politique de 1990 marquée par les villes mortes, Ibrahim Mbombo Njoya intègre l’équipe gouvernementale de Paul Biya et ceci pendant 10 ans. Il sera sucessivement Ministre des Postes et Télécommunications, Ministre de la Jeunesse et des Sports à deux reprises, Ministre de l’Information et de la Culture, Ministre de l’Administration Territoriale et Ministre délégué à la Présidence de la République chargé des Relations avec les Assemblées. Le 10 août 1992, huit mois après son entrée au gouvernement, Ibrahim Mbombo Njoya est intronisé Sultan, Roi des Bamouns. Il démissionne alors du Gouvernement pour se consacrer à ses nouvelles fonctions traditionnelles. Membre du Comité central et du Bureau politique de l’UNC l’ex-parti unique depuis mai 1984, il deviendra Membre du Comité Central et du Bureau politique du RDPC à sa création en 1985. Il a ainsi occupé la fonction de chef de la délégation du comité central du RDPC pour la région de l’ouest. Depuis 2013 jusqu’à son décès, ile Sultant Roi de Bamouns siégeait au Sénat camerounais.

Père de nombreux enfants dont l’actuel Président par intérim de la Fédération Camerounaise de football, Seidou Mbombo Njoya et de l’entraîneur de l’équipe nationale féminine de Basket-ball, Ahmed Mbombo Njoya. Il est décédé dans la nuit du 26 au 27 septembre 2021 à l’hôpital américain de Paris. Avec son décès c’est un véritable monument de l’histoire politique du Cameroun qui s’effondre. Le Roi est mort, vive le roi !

Lionel KANA