Après la journée du lundi 19 avril 2020 marquée par la levée du corps de l’Archevêque émérite de Douala décédé le 03 avril dernier, ce mardi 20 avril 2020, a été marqué par la messe d’enterrement de ce Prince de l’Église catholique, à l’esplanade de la Cathédrale Saints Pierre et Paul de Douala.

Cette célébration suivie à travers le monde a été marquée par la présence de personnalités et dignitaires de hauts rangs de l’Église catholique en Afrique. Les autorités administratives et le classe politique camerounaise ont également marqué la cérémonie de leur présence. Il faut souligner que de son vivant, le Cardinal Christian Tumi aura favorablement marqué la vie politique et sociale au Cameroun par son implication dans le dialogue politique dans les moments de crises politique qu’a traversé son pays, mais aussi la défense de la démocratie et notamment de la transparence des élections. La messe d’inhumation du premier Cardinal camerounais a été présidée par son Éminence le Cardinal Philippe Ouedraogo, Archevêque métropolitain de Ouagadougou (Burkina Faso), concélébrée par son Éminence le Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque métropolitain de Kinshasa (RDC). Mgr Juliot Murat, Nonce Apostolique au Cameroun et en Guinée Équatoriale, Mgr Abraham Kome, Évêque de Bafang et Président de la Conférence Épiscopale Nationale du Cameroun, aux côtés de plusieurs évêques africains et la quasi-totalité des évêques du Cameroun ont pris part à ce rendez-vous historique. Environ 300 prêtres ainsi qu’une foule immense de fidèles étaient présents sur l’esplanade de la cathédrale de Douala.

Le Président de la République du Cameroun, s’est fait représenté par le Premier Ministre, Chef du gouvernement Joseph Dion Ngute. Plusieurs ministres et personnalités politiques à l’instar de Joseph Atanga Nji, Ni John Fru Ndi, Cabral Libii avaient aussi fait le déplacement en personne.

Cette grande messe d’aurevoir à l’archevêque émérite de Douala, a été ouvert par une grande procession. L’introduction de cette célébration a été faite par le mot d’accueil prononcé par le Vicaire Général de l’Archidiocèse de Douala. Ensuite s’en est suivie la lecture des messages de condoléances. D’abord celui du Saint père, le Pape François dans lequel il a rappelé les conditions de la nomination du défunt comme évêque, archevêque puis Cardinal. il n’a pas manqué de rappeler les services qu’il a dû rendre dans la Curie romaine en qualité de Cardinal. A la suite de ce message réconfortant du Pape François, le message du président de la République a été délivré. Les honneurs militaires ont été rendu au Cardinal, ainsi que la décoration à titre posthume au rang de Chevalier de l’ordre de la valeur par le Premier Ministre camerounais.

L’homélie de cette célébration a été faite par le Nonce apostolique au Cameroun Mgr Juliot Murat. Le prédicateur du jour s’est inspiré de la lettre de Saint Paul à Timothé et de l’évangile de Saint Jean. Pour le prélat, Marthe liait son impuissance à l’absence du Christ: maitre si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort » (Jean 11, 21), comme pour dire que en la présence du Christ, rien ne se perd. Par ailleurs ce Christ rappelle qu’il est la résurrection et la vie (Jean 11,25). C’est ainsi que le prédicateur invitait la communauté chrétienne à accepter la présence du cardinal Tumi auprès de son créateur.

Avant de procéder à l’enterrement dans le caveau de la Cathédrale Saints Pierre et Paul de Douala, quelques témoignages ont été délivrés. Ainsi sont passés tour à tour au pupitre, Mgr Dieudonné Ambassa, Archevêque métropolitain de Garoua; le Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque métropolitain de Kinshasa au Congo; le Cardinal Philippe Ouédraogo, Archevêque métropolitain de Ouagadougou; Mgr Abraham Kome, Président de la Conférence Épiscopale Nationale du Cameroun et Évêque de Bafang; et enfin Mgr Samuel Kleda, Archevêque métropolitain de Douala. La célébration a pris fin par la prière d’inhumation. A cette cérémonie d’inhumation étaient unis avec les fidèles de Douala, les autres diocèses du Cameroun, qui donnaient eux aussi les messes d’aurevoir au Cardinal Christian Tumi.