L’annonce a été faite ce matin de Samedi Saint 2021 par une dépêche de Mgr Samuel Kleda, Archevêque métropolitain de Douala.

C’est durant cette aurore du 03 avril 2021, ce Samedi saint, nuit du silence de Dieu, que le Cardinal camerounais Christian Tumi âgé de 90 ans est décédé dans un hôpital de Douala. Le haut prélat né près de kumbo en 1930 dans le Sud-Ouest du pays et ordonné prêtre le 16 avril 1966 pour le diocèse de Buea, s’est éteint des suites de maladie. Christian Tumi était l’une des figures les plus respectée de l’épiscopat camerounais. Son engament pour l’apaisement des tensions politiques dans tous les moments de crises qu’aura traversé le Cameroun depuis l’arrivé du Président Paul Biya au pouvoir en 1982, restera une empreinte indélébile dans la communauté politique camerounaise.

Évêque de Yagoua dans l’extrême nord du pays en 1979, Christian Tumi est nommé Archevêque métropolitain de Garoua le 17 mars 1984 dans un contexte de tensions politiques, un mois avant le coup d’état manqué d’avril 1984 contre le régime du Président Biya. Il est crée Cardinal quatre ans plus tard par Jean Paul II. Nommé Archevêque métropolitain de Douala en 1991 pour succéder à Mgr Simon Tonye, la venue de ce fils du Nord-ouest sera marquée par des tenions tribales au sein du clergé diocésain de la capitale économique du Cameroun, alors que le pays est secoué par le multipartisme. Dans ces différentes épisodes de tensions et de crises, le Cardinal Tumi va se faire remarquer par ses talents de médiateur, d’homme d’écoute et surtout de pasteur. Le 17 novembre 2019, suite à sa prise de retraite canonique, il est remplacé à la tête de l’Archidiocèse de Douala par Mgr Samuel Kleda.

Cardinal Christian Tumi au milieu des représentants des communautés réligieuses du Cameroun pour demander une resolution pacifique de la crise dans le NOSO

Ces dernières années, le Cardinal Tumi s’était particulièrement investi dans la recherche des solutions pacifiques et le dialogue politique pour la résolution de la crise sécuritaire et politique qui sévit dans les régions anglophones du Cameroun. Il sera d’ailleurs kidnappé puis libéré par des bandes armés  » ambaboys » lors d’un déplacement qu’il effectuait dans la région du Nord-Ouest du Pays en 2020. Militant infatigable pour la tenue d’une conférence anglophone devant poser sur la table d’un dialogue inclusif l’ensemble des questions et revendications touchant les régions anglophones, le Cardinal Christain Tumi s’en va sans voir regler la crise dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du pays. Connu pour son admiration de l’esprit missionnaire de Jean Paul II et ses critiques sur l’état de la démocratie et des droits de l’homme au Cameroun, Christian Tumi aura incarné pendant sa vie, le visage résilient de l’épiscopat camerounais face au pouvoir de Yaoundé. Homme de dialogue, dénonçant la corruption avec un engagement salué, respecter par tous les acteurs de la vie politique et de la société civile; l’humilité et l’intégrité du prélat camerounais trouvaient écho au-delà des frontières de son pays.

Ce samedi 03 avril 2021, le Cameroun perd l’un de ses grands enfants.

Armel Simeu