Les Évêques du Cameroun sont en conclave !

0
674

La 45ème Assemblée Plénière des Evêques du Cameroun est lancée à Yaoundé depuis le Mardi 03 novembre 2020 au siège de la Conférence Episcopale du Cameroun sis à Mvolyé. La Covid19 et les récentes actualités nationales se sont invités à la cérémonie d’ouverture de ce rendez-vous au sommet de l’épiscopat national.

C’est la Basilique Mineure Marie Reine des Apôtres de Mvolyé qui a abrité dès 06heures GMT la première articulation de cette journée d’ouverture. La célébration eucharistique qui y a eu cours et à laquelle a pris part la quasi-totalité des successeurs des apôtres au Cameroun était présidée par Mgr Andrew Nkea Fuanya Archevêque de Bamenda. À 9heures, heure locale, la salle des actes de la Conférence Épiscopale Nationale du Cameroun (CENC) a accueilli la cérémonie protocolaire d’ouverture. Trois discours ont ponctué cette cérémonie. D’abord le mot de bienvenue de l’Archevêque métropolitain de Yaoundé. Dans son propos, Mgr Jean Mbarga a présenté la ville de Yaoundé comme une ville cosmopolite sujette à un brassage culturelle de population. Pour ce prélat, les élections régionales qui pointent à l’horizon, les migrants venus des zones en crise au Cameroun, la discipline de vie qu’impose la pandémie de covid19 sont représentent de grands défis de citoyenneté pour ce qu’il a décrit comme « une pentecôte des peuples ». A la suite de Mgr Jean Mbarga, le Nonce Apostolique au Cameroun et en Guinée Équatoriale, Mgr Julio Murat, dans son discours a salué l’attitude de l’Église catholique au Cameroun sur sa gestion de la période de confinement, notamment avec les innovations qui ont été faites pour entretenir la foi du peuple de Dieu, avant de souhaiter d’excellents travaux aux Évêques Camerounais.

Dans son discours d’ouverture, le Président de la CENC Mgr Abraham Kome, a invité ses confrères à se mettre à jour après cette longue période d’hibernation imposée par « la dictature de la pandémie de Covid19 ». Pour l’Évêque de Bafang, sortir de cette latence continue apparait aujourd’hui impératif. Ainsi, les objets de ce rendez-vous sont claires : « il s’agira pour nous, d’écouter ensemble, nos 14 commissions, d’analyser le contenu de leurs travaux et d’adopter consensuellement les voies les plus opportunes pour un fonctionnement efficient de notre structure (…) nous nous donnerons aussi du temps pour avancer sur la question majeure de la conférence que nous voulons être ». C’est au terme de ce discours qu’il a déclaré l’ouverture des travaux de la 45ème assemblée plénière des évêques du Cameroun.

Crédit photo/Lionel Kana
Photo de famille à l’ouverture de la 45eme Assemblée Plénière des Évêques du Cameroun

Notons tout de même que les évènements récents de l’actualité nationale se sont invités à cette cérémonie d’ouverture. Tout d’abord, les orateurs qui se sont succédés à l’estrade ont tous sans exceptions, salué la solution médicamenteuse de Mgr Samuel Kleda dans la lutte et le traitement de la maladie à Corona Virus. Tous ont témoigné de ce que des milliers de personnes testées positifs, qui pour certains, en situation critique, ont retrouvés la santé après avoir suivis le protocole de traitement institué par l’Archevêque Métropolitain de Douala. Évoquant la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, tous ont également appelé les belligérants de cette crise à déposer les armes et à ouvrir un dialogue franc et sincère, seul gage d’une paix durable dans les zones anglophones. C’est dans ce sillage que d’un ton ferme et déterminé, Mgr Andrew Nkea Fuanya durant son homélie de la messe d’ouverture a qualifié de triste et regrettable le massacre odieux de sept élèves à Kumba il y a quelques jours. Mgr Abraham Kome a été plus loin, traitant leurs auteurs de « monstres ». Quoi qu’il en soit, les évêques du Cameroun ont condamné ce massacre avec grande force.

« Tous Frères », la troisième encyclique du Pape François fut une source intarissable d’enseignement dans le discours des évêques, notamment pour illustrer l’impératif de paix dans les zones anglophones. Après la photo de famille, les évêques ont immédiatement commencé les travaux avec les entretiens à huis clos. Ces travaux se poursuivent jusqu’au vendredi 06 Novembre 2020 selon un programmé détaillé disponible.

Lionel KANA