La science et la guerre des intérêts.

0
91
Creditphoto/Futura-sciences

A côté des bienfaits du déploiement scientifique vis-à-vis du genre humain, la crise de l’inféodation de la science aux intérêts particularistes semble de plus en plus rendre caduc l’orientation éthique qui exige des Hommes de science que l’Homme reste au centre de leur préoccupation.

« La science du latin « scientia » est l’ensemble des connaissances et études d’une valeur universelle, caractérisée par un objet et une méthode fondée sur des observations objectives, vérifiables et des raisonnements rigoureux. » ( Wikipédia ) La volonté de la communauté scientifique est de produire des connaissances qui permettent de comprendre et d’expliquer  le monde et ses phénomènes  de  la manière la plus élémentaire possible. La science n’a cessé d’évoluer  au fil du temps.Les résultats de ses expériences sont à la base de nombreux développements techniques et technologiques ayant de forts impacts sur la société notamment dans certains domaines et disciplines. Chacun de ces domaines a pour objectif l’amélioration des conditions de vie de l’Homme. L’encadrement de la science se fait à divers niveaux.Cette discipline est accompagnée par les politiques, les économistes, bailleurs de fonds etc. Au vue des réalités actuelles, l’on pourrait se demander si toutes ces parties prenantes qui encadrent la science œuvrent  toujours pour l’intérêt général et le bien commun de l’humanité ?

« ORIGINE DE LA SCIENCE »

 L’origine de la science n’a jamais fait l’unanimité, elle varie avec les courants socio-religieux répandus dans le monde.

Selon Morange Michel, « l’histoire des sciences est l’étude de l’évolution de la connaissance scientifique. La science, en tant que corpus de connaissances mais également comme manière d’aborder  et de comprendre le monde s’est constituée de façon progressive depuis quelques millénaires. C’est  à la préhistoire qu’ont commencé à se développer les spéculations intellectuelles visant à élucider les mystères de l’univers ».in A quoi sert l’histoire des sciences,2008

Selon la religion judéo-chrétienne, la Bible s’ouvre sur un récit de création qui démontre que toute avancée scientifique tire ses origines de Dieu. Dans Genèse 1,1–26, Dieu agit en souverain qui fait advenir les choses par sa parole, Il crée d’abord le temps en séparant la lumière et les ténèbres, ensuite l’espace en séparant les cieux, les eaux et la terre puis il meuble ces espaces de leurs occupants, les luminaires célestes, les bêtes de la mer et de la terre, et après ces dernières, comme point d’orgue, l’être humain, crée à son image, mâle et femelle, qui reçoit la mission de dominer la terre.

                                                                                                                                           « A QUI PROFITENT LES PROGRÈS SCIENTIFIQUES » ?

 Malgré le projet originel d’amélioration des conditions de vie humaine par la science, il est de nos jours révoltant de réaliser que l’Homme a malheureusement substitué ses valeurs morales et sa dignité à la recherche effrénée du profit . Les orientations et utilisations menées  par certaines de ces recherches scientifiques ne s’accordent plus avec les choix que l’ensemble des citoyens souhaiteraient réaliser.En fait, La science ne respecte plus la vie car s’y mêlent davantage des  considérations, décisions économiques et politiques. En effet Les grands groupes financiers, les grandes firmes multinationales et les politiques constituent en réalité des facteurs déterminant qui orientent  les domaines à explorer par la science selon que ceux-ci satisfont au mieux à leurs intérêts. D’énormes sommes d’argent sont investies pour encourager des projets scientifiques pour que ceux-ci leur soit rentable à la fin. Prenons le cas du clonage² à titre d’exemple , s’il est techniquement possible, est-il moralement et religieusement concevable ? Les avantages que ces différentes parties prenantes tirent des expériences scientifiques sont énormes et suscitent d’ailleurs des préoccupations de certains regards avisés à telle enseigne qu’ils pensent qu’à chaque fois c’est eux qui auront à subir les conséquences néfastes indirectes des innovations techniques qui sont introduites au profit d’une minorité privilégiée. Avec l’avènement du phénomène de mondialisation ; cette nouvelle tendance qui s’est imposée avec le besoin croissant de technologie dans les économies émergentes, la reconnaissance à l’échelle mondiale de l’inter connectivité des systèmes, l’amélioration des communications à l’aide d’internet. L’on constate douloureusement et de façon impuissante «  Une répartition inéquitable de la part des pays développés des profits que rapportent les nouvelles technologies et des produits à base de ressources originaires des pays du Sud. Il faut donner plus d’attention à la capacité de la science d’améliorer les situations sociales humaines de façon désintéressée . sinon « à mesure que les économies monétaires et les programmes publics d’aide sociale traitent de plus en plus fréquemment les biens de première nécessité simplement comme des produits que l’on peut acheter et vendre, il est fort à craindre que les différentes innovations scientifiques, stimulées  par les scientifiques travaillant dans un cadre commercial, seront exploitées principalement par des minorités bien nanties , et que les pauvres en retireront peu ou pas d’avantages » .(conférence mondiale de l’Unesco sur le rôle de la science  et de la technologie dans la société et la gouvernance, novembre 1998).   

Les progrès scientifiques constituent à la fois une source de bonheur et le fondement de la société moderne ; mais seulement ce qu’il ne faut pas oublier c’est que le tout premier scientifique de l’univers est et demeure Dieu au regard de tout ce qu’il a œuvré en six jours seulement pour la création du monde. Et c’est grâce à l’Esprit Saint qu’il a fait descendre sur les Hommes qu’on a des scientifiques aujourd’hui qui exploitent les dons pour des inventions scientifiques qui servent à la satisfaction et la réalisation des besoins de l’Homme . Sauf que certains esprits malsains en profitent pour mal les utiliser et  pour s’accaparer les bénéfices de façon égoïste et ne pensent pas à la répartition de ces richesses de façon à ce que même les plus démunis en profitent. A la fin de notre investigation, ce qu’il faut retenir c’est que malgré le fait que les sciences nous ont apporté des solutions aux problèmes de la vie quotidienne en la rendant plus agréable, lorsqu’elles sont mal utilisées, elles représentent un véritable danger entre les mains de ceux qui l’exploitent. C’est pourquoi on en appelle à plus de vigilance et de rigueur. on exhorte qu’elle ne soit qu’au service de Dieu. parce que très souvent la faute n’est pas due à la science mais à une  mauvaise orientation et manipulation des Hommes. C’est dans cet ordre d’idées que Rabelais a affirmé que : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

_______________ Clonage² :(génétique) (biologie) Technique de reproduction ou de multiplication à l’identique d’un fragment d’ADN, d’une cellule ou d’un organisme animal ou végétal.