Carême 2020: l’Eglise catholique éclaire la route dans la nuit des pèlerins.

0
735
vaticannews

Alors que le 26 février 2020, mercredi des cendres, le Pape François invitait, dans un message, le peuple de Dieu au désert, comme Israël, à la rencontre du Christ sauveur du monde; Monseigneur Jean Mbarga, Archevêque de Yaoundé, dans une note pastorale, invitait également les fidèles de son diocèse à contribuer à la salubrité publique en rendant propre la « maison commune » de Yaoundé à titre d’effort de carême.

Message du Saint Père

A l’entame de son propos, le Saint Père centre le Mystère pascal au cœur de la vie chrétienne personnelle et communautaire. Le temps de carême est une occasion favorable que Dieu nous donne de revenir à Lui avec notre cœur et notre esprit, de se laisser librement entraîner par son dynamisme spirituel.

Le Mystère pascal, fondement de la conversion

Le chrétien tire son bonheur et sa joie de la bonne nouvelle de la mort et de la résurrection de Jésus: le Kérygme. A travers ce grand don de Lui à l’humanité, le Christ entretient un Mystère d’amour « si réel, si vrai et si concret qu’il nous offre une relation faite de dialogue sincère et fécond.« (Exhortat. ap. Christus vivit, n. 117). Ce Mystère d’amour déconstruit ainsi l’idée mensongère selon laquelle la vie tient son origine en nous même et enracine la vie de l’homme dans la vérité que seule l’amour de Dieu donne vie en abondance.

Le Pape François, nous invite de ce fait à cette recommandation déclinée par l’extrait de l’Exhortation apostolique pré-cité:  » Regarde les bras ouverts du Christ crucifié, laisse-toi sauver encore et encore. Et quand tu t’approches pour confesser tes péchés, crois fermement en sa miséricorde qui te libère de la faute. Contemple son sang rependu avec tant d’amour et laisse-toi purifier par Lui. Tu pourras ainsi naître de nouveau. » (n. 123).

Urgence de la conversion

A la suite du Christ, le Saint Père nous invite au désert, comme Israël, afin d’y « entendre la voix de notre Epoux », le Christ qui nous y attend. Se laisser impliquer par sa parole, afin d’expérimenter sa miséricorde gratuite envers nous. C’est un temps de grâce que le Seigneur nous offre en tout amour, il n’est donc guère utile de le laisser passer en vain, car c’est l’expérience d’un « dialogue coeur à coeur, d’ami à ami » avec celui qui a porté de la mort à la vie l’humanité perdue autrefois dans le péché.

Volonté passionnée de Dieu de dialoguer avec ses enfants

Le mal est souvent présent dans nos vies de façon dramatique, pareil dans la vie de l’Eglise et celle du monde , le temps de carême est donc ce moment offert pour un changement de cap, lequel traduit la Sainte volonté de Dieu de ne pas interrompre le dialogue du salut avec nous.

Une richesse à partager et non à accumuler seulement pour soi

Il faut mettre le Mystère pascal au centre de la vie. Il doit être partagé par tous les hommes, car il est compassion de Dieu pour les hommes. Les victimes innocentes des guerres, les victimes d’attentats et de toutes les formes de violence, les sinistrés des catastrophes environnementales, les victimes de distribution inégale de bien de la terre; toutes ces personnes portent les plaies du Christ crucifié et ont besoin de compassion divine.

Note de Monseigneur Jean Mbarga, Archevêque métropolitain de Yaoundé

Dans le diocèse métropolitain de Yaoundé, l’archevêque, Monseigneur Jean Mbarga, va plus loin que le triptyque Prière-Jeûne-Partage en ce Carême 2020. Il y a introduit la « salubrité publique ». En encourageant les fidèles de son diocèse à persévérer dans l’aide aux pauvres et aux structures qui les accompagnent, Monseigneur Jean Mbarga engage ses chrétiens « à la salubrité publique tous azimuts » comme effort de carême.