Jeff Bezos vient au secours du Climat !

0
576

L’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, a annoncé son intention de dépenser 10 milliards de dollars de sa propre fortune pour lutter contre le changement climatique. 

« Ecolo ?»
Le multimilliardaire américain Jeff Bezos a annoncé la création d’un fonds « pour la Terre » appelé « le fond Bezos ». L’annonce à été faite sur son compte officiel sur instagram. « Nous pouvons sauver la Terre », a-t-il affirmé dans ce message accompagné d’une photo de la planète. Pour celui qui est le fondateur d’Amazon, ce fond est destiné à lutter contre le changement climatique. « Cette initiative mondiale financera des scientifiques, des militants, des ONG soit tout effort qui offre une réelle possibilité d’aider à préserver et à protéger le monde naturel » a-t-il affirmé. Une décision qui intervient une dizaine de jours après que des employés de la firme de e-commerce ont vivement critiqué la politique environnementale de leur patron. Le milliardaire de 56 ans commencera à accorder des subventions cette mi 2020 aux scientifiques, aux militants et aux organisations à but non lucratif travaillant à protéger la Terre. Ces 10 milliards de dollars représentent 7,7% de sa fortune personnelle, estimée à 130 milliards de dollars par le magazine Forbes. Jeff Bezoz se veut militant écologique il a lancé un plaidoyer pour une action collective des grandes et petites entreprises, des Etats, des organisations mondiales et des individus : « Je veux travailler avec d’autres pour accroître les moyens connus et aussi pour chercher de nouvelles façons de lutter contre l’impact dévastateur du changement climatique, la Terre est la seule chose que nous ayons tous en commun. Protégeons-la, ensemble ».

« L’homme… »
Jeffrey Preston Jorgensen est né le 12 janvier 1964 à Albuquerque, dans l’Etat du Nouveau Mexique aux Etats-Unis. Abandonné à la naissance par son père, il est élevé par sa mère. Plus tard il est adopté par son beau-père, Miguel Bezos, immigré cubain installé aux Etats-Unis, et prend le nom de celui-ci. Il intègre plus tard l’université de Princeton d’où il sort diplômé en informatique. Jeff Bezos débute sa carrière dans une start-up spécialisée dans la finance et les télécommunications. Il est ensuite recruté par Bankers Trust à New York, et en devient vice-président en 1990. De 1990 à 1994, il est analyste financier pour un fonds d’investissement américain, D.E Shaw & Co. En 1994, devant la croissance du commerce en ligne, Jeff Bezos décide de créer son entreprise de librairie en ligne, Amazon, et s’installe à Seattle. En 1995, il lance le site Amazon.com. Au fil des années, il diversifie l’offre et élargit ses produits à la musique et au cinéma, puis à tous types de produits. L’entreprise devient l’un des leaders du commerce en ligne dans le monde. En 2015, son chiffre d’affaires dépasse les 100 milliards de dollars. Parallèlement, Jeff Bezos investit dans de nombreuses start-up par l’intermédiaire de sa holding Bezos Expeditions. En novembre 2017, il devient l’homme le plus riche du monde avec une fortune estimée à plus de 100 milliards de dollars.

« Evangélisation verte »
En Janvier 2020, le Pape François avait appelé les dirigeants du monde et les hommes d’affaires les plus puissants à une prise de conscience urgente. «la volonté politique et la coopération mutuelle peuvent être guidées et renforcées pour surmonter l’isolationnisme, l’individualisme et la colonisation idéologique qui, malheureusement, caractérisent trop souvent le débat contemporain» a affirmé le Pape. Il ajoute: «la considération primordiale, à ne jamais oublier, est que nous sommes tous membres d’une seule et même famille humaine, précise François. L’obligation morale de prendre soin les uns des autres découle de ce fait, tout comme le principe corrélatif qui consiste à placer la personne humaine, plutôt que la simple poursuite du pouvoir ou du profit, au centre même de la politique publique».En marge du dernier sommet de Davos, le Pape martélé qu’il est donc «nécessaire d’aller au-delà des approches technologiques ou économiques à court terme et de prendre pleinement en compte la dimension éthique dans la recherche de solutions aux problèmes actuels ou dans la proposition d’initiatives pour l’avenir». François rappela en outre  que le «développement humain vraiment intégral ne peut s’épanouir que si tous les membres de la famille humaine sont inclus dans la poursuite du bien commun et y contribuent. Dans la recherche d’un véritable progrès, n’oublions pas que piétiner la dignité d’une autre personne, c’est en fait affaiblir sa propre valeur.» Il insiste aussi sur la notion d’écologie intégrale, mise en avant dans son encyclique Laudato Si. Cet encyclique met en avant la responsabilité éthique de chacun et, a fortiori, la responsabilité de chaque décideur économique, dans le soin à apporter à la maison commune, et donc dans le respect dû à l’environnement et à chaque personne. Que les initiatives comme celle de Jeff Bezos prennent davantage corps, car la question climat est plus qu’urgente.