Le célibat sacerdotal fait-il débat au Saint Siège ?

0
147

Le 15 janvier 2019, est paru un ouvrage dans lequel le Pape émérite Benoit XVI  et le Cardinal Sarah partagent leurs réflexions théologique et pastorale sur le sacerdoce, attirant l’attention de l’Eglise sur les risques que poseraient l’ordination sacerdotale des hommes mariés. Une publication qui a créé une polémique médiatique autour de l’auteur véritable de l’ouvrage et qui est perçue par les médias, notamment les journaux italiens et espagnols,  comme une mise en garde adressée au Pape François.

« Des profondeurs de nos cœurs »

C’est le titre de  l’ouvrage polémique. Paru aux éditions Fayard le 15 Janvier 2020. Soixante douze heures avant sa parution officielle, le Journal français le Figaro Mag en a publiée des extraits. Dans ces morceaux choisis, on peut y lire clairement que Benoit XVI expose avec la clarté de la plume qu’on lui connait les raisons biblique et théologique explicatives du célibat sacerdotal et de la difficulté d’ordonner des hommes mariés. Reprenant une maxime de Saint Augustin, le pape émérite estime sortir de sa réserve pour apporter des clarifications aux fondements du célibat sacerdotal face à l’ampleur pris par l’éventualité d’ordonner prêtres des hommes mariés dans les récentes discussions tenus lors du synode sur l’Amazonie. A la suite du texte de Benoit XVI, le Cardinal Sarah tirant des conclusions appuyées par son expérience pastorale propre, recommande au pape François de ne pas ouvrir cette voie d’accès au clergé, au risque de mettre en péril la sacralité même du sacerdoce presbytéral.

La sortie n’est pas hasardeuse. Le pape François s’apprête, dans les prochaines semaines, à publier son exhortation post-synodale dans la continuité du synode sur l’Amazonie d’octobre 2019. Nombre d’observateurs spéculent sur la possibilité qu’il devrait y autoriser l’ordination des viri probati, ces hommes mariés éprouvés d’âge mûr pour répondre au déficit de prêtres dans les régions reculées de l’Amazonie qui font face à l’offensive des églises évangéliques. En effet, lors du récent synode, le débat du célibat des prêtres fut mis à l’ordre du jour laissant émerger des positions hétérogènes parmi les prélats. Les plus conservateurs  exprimant de vives craintes quant aux risques nouveaux que présenterait l’ordination des hommes mariés estimant que le question du célibat sacerdotal ne pouvait se réduire à une question purement disciplinaire ou pastorale.  Toutefois sans céder aux confrontations d’arguments le document final du synode a retenu la possibilité d’ordonner les hommes mariés d’ages mûrs comme une suggestion à l’endroit du Saint siège. Les rares sorties du pape François sur la question sont  sans ambiguïté. En effet, tout en rappelant son attachement profond au célibat sacerdotal, le souverain pontife actuel n’a pas dit exclure définitivement la perspective d’ajustements pour répondre à des besoins missionnaires spécifiques. Au cours d’une conversation avec les journalistes lors de son voyage retour des journées mondiales de la jeunesse au Panama en janvier 2019, le Pape François face aux journalistes avait alors affirmé dans l’avion qui le ramenait : « Une phrase de Saint Paul VI me vient à l’esprit : je préfère donner ma vie que changer la loi sur le célibat». Il poursuivit : « Personnellement, je pense que le célibat est un don pour l’Église. Je ne suis pas d’accord pour permettre le célibat comme une option. Il resterait juste quelques possibilités, dans les localités les plus reculées, je pense aux îles du Pacifique (…) quand il y a une nécessité pastorale».

« Fausse polémique… »

Après l’annonce de la parution du livre, initialement présentée comme coécrit par le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, et le Pape émérite Benoît XVI, l’ouvrage a aussitôt fait parler de lui tant les deux hommes y réaffirmaient avec vigueur l’importance cruciale du célibat sacerdotal dans l’ontologie de l’Eglise. Le Saint-Siège a officiellement réagi, le 13 jainvier, par la voix autorisée d’Andrea Tornielli, le directeur éditorial de tous les médias du Vatican (site Vatican News, Radio Vatican, Osservatore Romano). Il signe un article intitulé «Une contribution sur le célibat sacerdotal en filiale obéissance au pape». Un titre qui entend déminer un premier niveau de polémique qui a immédiatement couru sur les réseaux sociaux à propos d’une supposée opposition personnelle ou politique entre François et Benoît XVI.

Une sortie renchérit par celle des proches de Benoit XVI, notamment son secrétaire particulier, qui a face à l’expansion du bruit médiatique a assuré avoir contacté les éditeurs du livre «en les priant de retirer le nom de Benoît XVI comme co-auteur du livre, et de retirer aussi sa signature de l’introduction et des conclusions».

Dans cette déclaration, publiée sur Vatican News, Mgr Gaenswein affirme que «le Pape Emérite savait en effet que le cardinal était en train de préparer un livre, et il lui avait envoyé un bref texte sur le sacerdoce en l’autorisant à en faire l’usage qu’il voulait. Mais il n’avait approuvé aucun projet pour un livre à double signature, ni n’avait vu et autorisé la couverture. Il s’agit d’un malentendu, sans mettre en doute la bonne foi du cardinal Sarah». Il souligne néanmoins que le Pape émérite reste signataire « à 100% » de la partie centrale sur le célibat sacerdotal, mais se désolidarise du reste. Une déclaration à nuancé quand on lit le contenu des écrits qui laisse entrevoir que Benoit XVI se situe parfaitement dans un projet de livre commun avec le Cardinal Sarah dont il souligne avec vigueur leur proximité et leur amitié spirituelles.

Prenant acte de la vigueur de la polémique médiatique soulevé par le livre, le Cardinal guinéen a alors annoncé sur Twitter le 14 janvier 2020 qu’il a été décidé, pour préserver la tranquillité du Pape Benoit XVI, que l’auteur de l’ouvrage sera changé en « Cardinal Sarah, avec la contribution de Benoît XVI ». Un changement esthétique qui ne change rien dans la réalité. Malgré ce recadrage, la question demeure : faut-il rendre optionnel  le célibat des prêtres ?

La sortie annoncé du Pape François y répondra  peut-être, ou peut-être pas…. Quoi qu’il en soit la baisse intense de vocation dans une zone géographique spécifique ne saurait à elle seule justifier des changements d’ampleur dans  la doctrine et les lois de l’Eglise. D’autres solutions moins polémiques sans doute existent et l’histoire de l’évangélisation de l’Afrique nous renseigne à suffisance que l’importation des hommes d’Eglise (missionnaires) peut contribuer à relever les défis de l’évangélisation dans une localité.

Lionel K@N@