Le bloggeur Steve Fah est-il devenu un faiseur de stars?

0
247

Ce jeune camerounais semble s’être donné une nouvelle orientation, celle d’élever à la célébrité les talents disséminés dans l’inconnu.

Steve Fah est un jeune camerounais, comédien et blogger. Dans ses numéros de « trois minutes du peuple » ainsi que « les doc du peuple » suivis sur YouTube, il draine des milliers de followers de part le monde. Mais il faut aussi préciser qu’il est présent dans le monde des affaires comme chef d’entreprise. C’est un activiste défenseurs des valeurs républicaines à travers son mouvement « je suis le patriote » très actif pendant les années de braise de la secte islamiste Boko Haram dans la région du Nord du Cameroun.

Comme blogger et comédien, Steve semble avoir dépassé les limites humoristiques pour s’engager dans une nouvelle orientation. Il semble s’être donné le devoir de sortir de l’ombre les talents méconnus ainsi que ceux qui ne peuvent s’exprimer. Le cas le plus patent est celui du surnommé « Le grand Barack« , fan de l’ancien président américain Barack Obama. Ayant bien abordé le troisième âge déjà, le grand Barack a été jusqu’à son ascension dans l’univers des stars, soudeur et promoteur de salon de coiffure. A la suite d’une succession de coupure d’électricité, le Grand Barack a exprimé son ral le bol dans une vidéo prise à son insu par un de ces amis. Vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, elle a été certainement le déclic de son ascension sociale. Il est important de souligner qu’après le mouvement de colère du Grand Barack et grâce à la forte diffusion de cette vidéo sur le virtuel, il a reçu des autorités politiques de son lieu de résidence un groupe électrogène d’une valeur de 600.000 frs Cfa. Cela était déjà un début de solution au mécontentement relatif aux coupures plurielles et successives de « l’énéo » pour reprendre les propos de la nouvelle star. Toutefois, c’est un dispositif qui exigeait encore à barack des dépenses liées au carburant. Dépenses qu’il ne pouvait pas assurer.

Steve Fah ayant consommé cette vidéo faite sur le Grand Barack, va s’engager à la recherche de ce dernier qu’il trouvera à Elig-Mfomo dans la région du Centre au Cameroun. Dans la perspective d’apporter une solution permanente aux activités dépendantes en énergie du grand Barack, une équipe de l’entreprise Global International Energy a installé chez lui un équipement d’énergie solaire pour désormais lui permettre de se passer de « l’éneo ». L’accompagnement de Steve Fah a permis à Barack de s’affirmer dans la sphère musicale à travers un premier single très couru, au titre plutôt controversant au regard des valeurs morales et religieuses que la responsabilité exige des personnes d’une certaines stature: « Goûter ça! » Alors qu’il était encore en studio, Barack faisait déjà entendre qu’il chante depuis qu’il est tout petit mais il n’a pas excellé du fait que son papa n’appréciait pas positivement la musique comme activité permanente. Désormais Grand Barack vit entre concert et voyages à Dubaï dans la peau d’une véritable célébrité.

Toujours à travers une vidéo qui fait du buzz sur les réseaux sociaux, Steve Fah « le patriote camerounais » tel qu’il se fait appeler, a fait la rencontre d’un jeune, dont le talent de chanteur ne fait plus l’ombre du moindre doute. Talla Stéphane Arisson alias 16 Gigas, réside à Bafoussam, sa ville natale où il mène ses petites activités qui lui permettent de réaliser le difficile défis de survie. Suivra-t-il aussi le chemin du Grand Barack? Nos équipes suivent l’affaire en temps réels.

Il est important de jeter un regard encourageant sur l’œuvre sociale de ce jeune camerounais, Steve Fah, qui permet l’éclosion des talents cachés. L’exemple du grand Barack mérite une attention particulière. Une attention particulière en ceci qu’il est dévoilé ici un autre moyen de résoudre la question de pauvreté d’une part. D’autre part, il est évident que les réseaux sociaux peuvent être utilisés autrement qu’ils le sont le plus dans les temps qui courent par les millions d’internautes. Ils peuvent constituer un outils de lutte contre la pauvreté autant sur le plan spirituel que matériel. Comme Barack, dans les coins et recoins de ce pays, ils sont nombreux. Les exemples de ces jeunes camerounais qui fabriquent de leurs mains des voitures et biens d’autres jeunes qui s’expriment dans d’autres domaines hors des projecteurs nous renseignent à suffisance du potentiel inexploité.

Cependant, bien que le travail de Steve soit louable, il mérite néanmoins un recadrage relativement à la question de sens. Car le travail a pour but de sanctifier celui qui le réalise ainsi que l’environnement dans lequel il est réalisé et satisfaire celui à qui il est adressé. Le Saint Père Jean-Paul II écrivait dans son Encyclique Laborem Exercens publié le 14 Septembre 1981 que  » C’est par le travail que l’homme doit se procurer le pain quotidien et au moins contribuer (…) à l’élévation constante, culturelle et morale, de la société dans laquelle il vit en communauté avec ses frères. » Déjà nous sommes dans une société où la musique comme les réseaux sociaux sont tous devenus des véhicules des messages dénués de tous fondement moral. Le domaine musical est l’un des domaines dans lequel l’immoralité a fait son temple. Le titre du single du Grand Barack, « Goûté ça », entre dans la liste déjà très longue des titres moralement problématiques. Si les grandes célébrités sont vulgairement appréciés comme telles sur la base de leurs fortunes et de leur capacité à favoriser le primat de la matière sur l’esprit (les comptes bancaires fournis, les modes vestimentaires très souvent aux limites du scandale etc.), ne perdons pas de vue que la célébrité véritable est celle qui consiste à l’adéquation des actions à un référentiel clairement établi.

Le texte Encyclique du Saint Pape Jean Paul II semble avoir plus de résonnance aujourd’hui qu’en 1981, car il invite à une humanisation de la production musicale. Il appelle à un produit musical digeste à la consommation; un produit musical qui nourrit l’esprit tel que le fait « un plat d’Okok » à l’endroit du corps humain. La musique doit contribuer à l’élévation culturelle et morale de notre société. Il importe, dès lors, que la conscience collective nationale en générale et le monde de la musique en particulier, prenne au sérieux la qualité de la musique qu’elle consomme et qu’elle fait consommer afin d’éviter des œuvres à vocation à empoisonner l’esprit des consommateurs, comme c’est malheureusement la vogue aujourd’hui. Une plus forte implication du Ministère de la Culture ainsi que des confessions religieuses y est vivement souhaitée.