La République Démocratique du Congo célébrée au Vatican.

0
157
vaticannews

Le Pape François a choisi le 01 décembre 2019, premier dimanche de l’avent pour célébrer une messe à rite « zaïrois », avec la communauté congolaise de l’Italie. Cette date est symbolique pour  l’Eglise catholique au Congo, car cette Eglise locale célèbre deux figures saintes de la foi catholique : la  Bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite Nengapeta et du Bienheureux Isidore Bankanja, dont les 25 ans de béatification font objet de festivité.

C’est une première pour un Pape que de célébrer une messe en rite zaïrois. Depuis plus de deux ans, le Pape n’a cessé de témoigner son attachement au peuple congolais, tourmenté par l’insécurité permanente depuis plus de deux décennies, sous le regard et bien souvent avec la complicité des grandes puissances occidentales qui lorgnent ses importantes ressources naturelles. le Pape François n’a pas manqué de dénoncer, dans son homélie, un ordre économique mondial qui fait passer les intérêts matériels devant la dignité et la sacralité de la vie humaine.  Il a aussi mis en garde contre le consumérisme par lequel les hommes se définissent en pensant que la valeur humaine dépend de l’avoir. Il demande formellement de prier pour la RDC, menacée par la guerre qui est alimentée de l’extérieur par ceux qui pratiquent le commerce des armes, indique le Pape. Le Saint Père recommande plus particulièrement Béni et  Minembwe, deux territoires congolais en proie aux guerres, aux prières portées par la communauté chrétienne .

« L’émotion de part et d’autre ! »

Le Pape s’est ému de voir les congolais répondre massivement aux rendez-vous, alors que la communauté congolaise n’a pas su contenir son émotion, en poussant des cris de joie lorsque le Pape François a commencé son homélie par une formule purement congolaise. Formule dite en Lingala  à laquelle les fidèles ont répondu : «  Boboto, Esengo, Esengo, Bolingo » (la paix, la joie, la joie, l’amour). Par ailleurs, le Pape a pris sur lui de dire la messe en rite congolais. Pour rappel le rite congolais ou zaïrois est une adaptation du rite romain ordinaire. Il est le fruit d’un long processus de dialogue entre l’épiscopat congolais et Rome dans le contexte de l’inculturation visant à ouvrir la liturgie aux valeurs culturelles du peuple congolais. Dès son origine en 1988, il s’est voulu une réponse aux besoins de la société à faire corps avec le Christ, l’objectif étant de faire progresser la vie chrétienne de jour en jour chez les fidèles. Cette belle fête spirituelle a été célébrée aux couleurs des cultures des Bienheureux Nengapeta et Bakanja. Au Vatican, c’est une page d’histoire inscrite dans la foi de la communauté catholique congolaise.