ARCHIDIOCESE DE YAOUNDE: MONSEIGNEUR JEAN MBARGA PRONE PLUS DE JUMELAGE ENTRE SES INSTITUTIONS.

0
55

l’Archevêque métropolitain de Yaoundé a rendu public le décret n° 096 JM/SDOE/08/19/56 tsa qui organise la collaboration entre les paroisses d’une part, et aussi entre les paroisses et les institutions de l’Archidiocèse.

C’est une opération déjà amorcée par l’ordinaire des lieux dans le diocèse de Yaoundé. Ce décret vient l’accélérer et lui donner une structure. L’intention qui sous-tend cette orientation est celle de promouvoir une véritable communion dans l’Eglise diocésaine. Communion dans laquelle chaque paroisse ou institution expérimente l’ouverture à une réalité ecclésiale autre que la sienne, qui, à terme pourra faire naitre une institution jumelle.
Cette symbiose entre paroisses et institutions est établie suivant deux grands axes à savoir: les activités pastorales et socio-culturelles ensuite les partenariats économiques. La mise en association de ces institutions diocésaines se fera sur la base d’un cadre normatif d’accord parties.

Activités pastorales et socio-culturelles

En cette matière, les institutions diocésaines sont appelées à se connaître mutuellement sur les plans ecclésial et humain au travers des rencontres, des visites, des journées d’amitié etc. Elles sont de plus conviées à mener des réflexions communes sur des sujets d’intérêts ecclésiaux ou autres afin de revisiter son être en Eglise. Dans la perspective de renforcer la communion spirituelle, elles doivent organiser des moments de prière commune, notamment les célébrations liturgiques ainsi que des prières dites mutuellement les une pour les autres. Le jumelage consiste par ailleurs à des échanges des agents pastoraux que sont les prêtres, les catéchistes, les maitres de chœur etc. Par des activités à caractère culturel, les institutions du diocèse de Yaoundé en jumelage doivent favoriser la connaissance, la préservation et la valorisation du patrimoine culturel.

Partenariat économique

Ce volet invite à la solidarité diocésaine. Il trouve force dans les Actes du concil vatican II, notamment sur la résolution n° 13 du Lumen Gentum « Les membres du peuple de Dieu sont appelés, en effet, à partager leurs biens. » Ainsi le jumelage devra créer des conditions de partage de biens et surtout d’entraide mutuelle dans un esprit de charité et d’ouverture à l’autre.

Monseigneur Jean Mbarga n’a pas manqué de définir des voies dans lesquelles vont se déployer le souffle de partage et d’entraide qu’il implémente dans son diocèse. Ce cadre se décline en quatre points: le financement du budget par l’institution centrale à l’endroit de l’institution périphérique fixé à l’ordre de 100 000 frs par mois; l’assurance maladie versée annuellement par l’institution centrale à l’endroit de la MARY, fixée au montant correspondant; la mise en disposition des terres cultivables à l’institution centrale par l’institution périphérique pour la valorisation du patrimoine foncier suivant une convention signée d’accord parties; le partage des offrandes, fruits de la terre sera fait entre les institutions.

Cadre de collaboration

Ce cadre invite toutes les institutions du Diocèse en jumelage à tenir un bilan financier mensuel et annuel ainsi qu’un budget prévisionnel annuel équilibré en recettes et en dépenses, comportant les termes et engagements du jumelage. Par ailleurs, chaque institution diocésaine engagé dans le jumelage devra ouvrir un compte fonctionnement et un compte construction à la Procure Générale des Missions où se feront toutes les transactions financières. Chaque institution en jumelage devra mettre sur pieds un comité mixte de suivi du jumelage qui définira le cadre spécifique du jumelage à soumettre à la commission diocésaine de suivi du jumelage, assurera la programmation, le suivi et l’évaluation des activités annuelles dans le cadre du jumelage, dressera un rapport annuel des activités du jumelage.

Monseigneur Jean Mbarga veut par ce coup de Maitre rompre avec la singularité qui a souvent caractérisé ses institutions, au profit de l’ouverture institutionnelle qui exposera les chrétiens à un don de soi à l’autre à l’image du Christ qui se donne entièrement à l’humanité. Bien plus, il  est question d’inscrire l’écho de l’Evangile dans les mœurs des chrétiens de l’Archidiocèse de Yaoundé. Dans la mouvance de collaboration pastorale et socio-culturelle, les chrétiens auront la possibilité de mieux percevoir le Christ qui sait s’affirmer dans la communauté. Sur le plan économique, les risques liés aux projets économiques seront partagés par plusieurs acteurs, donnant ainsi l’avantage d’une production encore plus abondante qu’autrefois.

Que l’Esprit saint qui unit tous les enfants de Dieu au Christ Jésus soit le dénominateur commun des chrétiens dans l’Archidiocèse de Yaoundé.