Grand dialogue National : le MRC sort du flou

0
852
Credit Photo Bibou Nissack

Depuis l’annonce de l’ouverture du grand dialogue national pour la fin du mois de septembre 2019 sur la crise au Nord-Ouest et Sud-Ouest, les avis au sein du principal parti d’opposition au Cameroun divergent. Entre réactions d’indignation dans les réseaux sociaux, communiqué officiel, Mémorandum, ceux qu’on appelle affectueusement ou non « Tontinards » ont des avis partagés.

« Biyalogue !»
Néologisme qui renvoie à l’idée du dialogue convoqué par le Président Biya, et surtout à une idée de monologue ou de dialogue de sourds, ce néologisme est mis à jour par l’une des figures de proue du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) sur la toile : le « très sulfureux » Wilfried Claude Ekanga Ekanga. Dans une chronique disponible sur son compte facebook et tweeter, fidèle à sa position de pourfendeur du Système en place, notre « albinos national » donne les raisons pour lesquelles, selon lui, le Grand Dialogue National est voué à l’échec. Pour lui « cette invitation [le dialogue] insolite est un cortège d’erreurs et d’enfumage ». Dans son argumentaire, Ekanga souligne que le timing n’est pas fortuit. Autrement dit, un discours sur un dialogue national à la veille de la 74eme Assemblée Générale de l’ONU n’est que du poncepilatisme, une manœuvre pour redorer son blason et éviter d’éventuelles sanctions internationales. Il ajoute que la négation du débat sur la forme de l’Etat et la négation de la crise politique post-électorale rassure du moins en ce qui le concerne sur une seule chose : « le dialogue de l’échec sera une réussite totale ».

Mathieu Youbi, promoteur du forum en ligne LCCLC (Le Cameroun C’est Le Cameroun) estime pour sa part que pour un problème aussi crucial que la crise anglophone, le président agit avec légèreté en s’écartant pour donner les rênes au Premier Ministre. Ce membre du MRC affirme à ce sujet : « Biya reste le problème du Cameroun ». Un avis que partage Okala Ebode un autre haut cadre du MRC. Sur son compte facebook le trésorier du MRC est amer : « les élucubrations de Monsieur Biya ne renvoient au dialogue que dans sa tête ! ». Ancien Candidat suppléant du MRC aux législatives dans le Mfoundi, Okala Ebode rejette toute idée de participation du MRC au Dialogue National si Maurice Kamto et Cie sont toujours écroués.

« Position Officielle… »
« Le MRC prend acte des perspectives de concrétisation en fin septembre 2019, du dialogue national inclusif annoncé par le Premier Ministre, le 09 Mai dernier. ». C’est en ces mots que s’ouvre le communiqué officiel du MRC sur la question. Tiriane Balbine Noah qui signe ce communiqué le 12 septembre 2019 estime d’ailleurs que cet important évènement, attendu depuis trois ans, est une des préoccupations majeures de son parti et est à saluer. Une position officielle à l’antipode des avis partagés sur les réseaux sociaux par certaines figures de proue du parti. En plus, la deuxième vice-présidente du MRC note tout de même que son parti est très préoccupé par la détention qu’elle juge illégale depuis bientôt huit mois de ses leaders, alliés, militants et sympathisants. Nul doute que  l’actuel porte flambeau du MRC fait référence au candidat à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, le professeur Maurice Kamto, et les membres de son équipe de campagne tels que Christian Penda Ekoka, Djamen célestin, Valsero et Cie. Avec ce communiqué titré : « Position du MRC au sujet du dialogue National Inclusif » le parti accueille donc favorablement l’idée d’un Grand Dialogue National. C’était sans compter sur la détermination du Président National incarcéré.

« Et arriva le mémorandum…»
Ce mercredi 18 septembre 2019 est le deuxième jour de consultation à l’immeuble étoile en vue de préparer le Grand Dialogue National. Y sont attendus les principaux partis politiques candidats à la précédente élection présidentielle. C’est donc dans ce contexte qu’arrive dans les réseaux le mémorandum de Maurice Kamto, signé depuis la Prison Principale de Yaoundé. Le document est adressé à l’attention du Premier Ministre chef du gouvernement et s’inscrit dans le cadre desdites consultations. Dès la sixième ligne du texte Maurice Kamto est formel : « le MRC ne saurait prendre part à ce Grand Dialogue National sans la libération préalable de son Président National, Professeur Maurice Kamto, des leaders de partis politiques et organisations alliés ainsi que des militants et sympathisants du MRC arrêtés arbitrairement et détenus illégalement depuis plus de sept mois ». Dans ce document qui est une véritable diatribe fleuve de cinq pages, on lit que pour le MRC, la participation directe des forces de défense et de sécurité d’une part, et celle des groupes armés d’autre part, pose un problème particulier pour un dialogue qui se veut politique. Les deux partis doivent donc être représentées par le MINDEF d’une part et les leaders politiques de la lutte armée d’autre part. Maurice Kamto propose également une amnistie générale des détenus dans le cadre de la guerre au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, une large couverture médiatique des débats, l’implication de la communauté internationale, l’assurance écrite que tout participant vivant au Cameroun ou à l’étranger prenant part au dialogue pourra aller et venir en toute quiétude. Des propositions ainsi formulées et remises ce mercredi par une délégation conduite par Tiriane Balbine Noah à Dion Ngute, Premier ministre, chef du Gouvernement Camerounais. C’est donc dire qu’au MRC les avis sont partagés. Alors participera ou participera pas ? Wait and see
Lionel K@N@