Cameroun: Quand la communauté internationale adoube le dialogue

0
963
drapeau de l'Union Africaine

Le Chef de l’Etat Camerounais a annoncé la tenu d’un grand dialogue National dès la fin de ce mois de septembre. L’objet majeur étant de régler définitivement la crise anglophone. Après cette annonce, les réactions à l’international n’ont pas tardé. Elles saluent pour la plupart la tenu de ce dialogue et y fonde de sérieux espoir.

« En résumé… »

Dans son discours d’une trentaine de minute, Paul BIYA martèle  qu’en tant que chef de l’Etat, il tient le gouvernail et fixe résolument le cap. Il a réaffirmé sa volonté à  faire régner l’Etat de droit et de préserver l’intégrité territoriale. La souveraineté du Cameroun est non négociable. Le dialogue est annoncé pour la fin du mois de septembre.  Il sera question principalement de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest. Mais il est évident qu’en cela même il touchera à des questions d’intérêt national, telles que l’unité nationale, l’intégration nationale, le vivre ensemble, le grand dialogue national  ne saurait intéresser uniquement les populations de ces deux régions. « J’ai la ferme conviction, à cet égard, que le moment est venu de mobiliser toutes les forces positives et constructives de notre pays, à l’intérieur comme dans la diaspora… ». L’actuel locataire d’Etoudi a invité les combattants sécessionnistes à déposer les armes, ou si non à se préparer à affronter les forces de défense. Pour le Président de la République, le Cameroun est en crise, un grand dialogue national est la solution. Et il souhaite un dialogue encadré par la constitution. Présidé par le premier ministre, ce dialogue se fera dès la fin de ce mois. Toutes les forces vives de la nation y prendront part. Le dialogue n’a pas vocation à absoudre les hors-la-loi, même si le chef de l’Etat se réserve le droit d’user de la grâce présidentielle que lui confère la constitution.

« Les réactions internationales »

Elles n’ont pas tardé. L’ONU s’est montré satisfait et confiante face à cette annonce. L’instance supra étatique par son Secrétaire Général Antonio Guterres a salué l’initiative et encourage le gouvernement camerounais à veiller à ce que le processus soit inclusif et réponde aux défis auxquels le pays est confronté. L’Union africaine, en effet, au lendemain du discours radio télé diffusé,  a réagi par la voix de la Présidence de la commission qui s’est exprimé en ces termes : « le Président de la commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat se félicite de l’engagement du Président de la République du Cameroun, S.E Paul Biya, d’organiser un dialogue national pour une sortie de crise dans les deux régions anglophones du Pays ». Ces propos sont contenus dans un communiqué officiel signé d’Ebba Kalondo, Porte-parole du Président de la commission de l’Union Africaine. Dans ledit communiqué, l’Union Africaine par la voix de son président encourage et appelle tous les acteurs Camerounais, y compris la diaspora et les groupes armés, à prendre part à ce dialogue. La sous région Afrique centrale s’est également montré confiante du grand dialogue national. C’est dans cette optique que le Premier Ministre Camerounais Dion Ngute a reçu Lundi 16 Octobre 2019 une délégation de la communauté Economiques des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) conduite par Ahmad Allam-Mi. Le Secrétaire Général de la CEEAC et sa délégation ont déclaré être venu réaffirmer la solidarité et la confiance des Chefs d’Etats de cette institution aux autorités camerounaises. C’est le même soutien qu’affirme Sir Simon McDonald KXMG KCVO Sous-secrétaire permanent et Chef du Service diplomatique au Ministère Britannique des affaires étrangères et du Bureau du Commonwealth, lui également bénéficiaire d’une audience au Premier Ministère. Pour le Redhac : « Mieux vaut tard que jamais ! ». En effet, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale a longtemps appelé à l’organisation d’un dialogue national. Pour sa directrice exécutive, Maximilienne Ngo Mbé, les autorités doivent maintenant veiller à ce qu’il attire le plus grand nombre de participants.

Lionel K@N@