Que peuvent attendre les jeunes malgaches de la visite du Pape François ?

0
121

Comme à son habitude, le Pape François, Chef de l’Eglise catholique  parcoure la planète dans le souci de se rapprocher les fidèles du Christ avec une pastorale particulièrement marquée par la lutte contre les inégalités sociales et la pauvreté.  En 2019, le Successeur de Pierre a déjà visité plusieurs pays notamment le Maroc, les Émirats arabes unis, la Roumanie, les pays baltes.

« Je vous remercie surtout pour votre prière, tant personnelle qu’en famille, tant dans les communautés paroissiales que dans les hôpitaux et les prisons. La prière ne connaît pas de frontières, et quand je serai à Madagascar, même si je ne peux visiter que quelques endroits, je vais atteindre tout le monde par la prière, et pour tous j’implorerai la bénédiction de Dieu ». C’est par ce message à la jeunesse malgache que le Souverain pontife avait alors rassuré les fidèles de l’île qui l’attendaient dans la joie et l’allégresse.

En effet, le pape effectuait sa deuxième visite pastorale  en Afrique. Pour ce second voyage sur le continent, François a commencé par le Mozambique, puis Madagascar et a achevée par l’île Maurice. Il avait quitté Rome le 4 septembre 2019 pour se rendre au Mozambique où il a célébré une grande messe le 6 septembre à 10 heures à ZIMPETO. Un peu avant midi, le Pape avait ensuite pris  l’avion pour rejoindre Madagascar où il est arrivée le jour même à 16h30 pour un séjour qui s’est achevé le 8 septembre 2019.
Selon Monseigneur TSARAHAZANA, la visite du pape est placée sous le signe de la paix et du vivre ensemble.

A propos de la visite du Pape l’homme d’Eglise déclare : « profitons de cette grâce que le seigneur nous offre pour corriger les défaillances de notre vie nationale. Car même si les églises sont remplies de fidèles, il est certain que la foi n’est pas encore bien enracinée. La réception des sacrements connaît une baisse sensible. L’approfondissement de la foi insuffisant, la vie en société est désorganisée. C’est le chacun pour soi qui règne. La vie est chère. La corruption est la norme. La justice est devenue anarchique. Les meurtres se multiplient un peu partout ». Selon beaucoup d’observateurs religieux de la société malgache, les familles sont en crise et divisées, les jeunes n’ont plus de modèle à imiter et sont tentés par les différentes cupidités du monde ; ils s’enfoncent dans la drogue, ne respectent plus les valeurs sociales et n’arrivent plus à se discipliner pour travailler et préfèrent céder à la facilité.

La nation Malgache espère que le message du Vicaire du Christ, va réconforter les jeunes en réaffirmant que l’église est lumière du monde et que le Christ récapitule toutes les valeurs qui serve le bien commun et la dignité humaine. Pour réserver un accueil  chaleureux au Pape, une papamobile intégralement fabriquée pour l’occasion par la firme nationale de construction automobile KALENJY, a été fabriquée. Paolo Gualtieri, nonce apostolique, représentant du Vatican l’avait dévoilé au public en ces termes : « nous vous présentons la papamobile, signe de la venue toute proche du pape François parmi nous. Fruit de l’ingéniosité et de la laboriosité du peuple malgache, cette papamobile est un symbole fort et un message d’espérance pour tous». Le constructeur malgache Karenjy étant l’un des seuls en Afrique, les pouvoirs publics malgaches espèrent que la jeune génération pourra s’en inspirer pour envisager un avenir plus rayonnant pour leur nation.

Pour cette visite historique dans le pays, le pape François a célébré avec des milliers de catholiques malgaches une  messe à SOAMANDRAKIZAY en présence du Président de la République malgache Andry Rajoelina le 8 septembre vers 10 heures avec une estimation de plus de 800 000 fidèles participants. Au cours de la messe,  le pape a exhorté les uns et les autres à la solidarité désintéressée et à une éthique en faveur de l’être humain. Pour assurer la sécurité de la célébration, l’Etat malgache a mobilisé 10 000 militaires. Un record pour la visite d’une haute personnalité, et tout un symbole de l’attachement de Madagascar à la foi catholique.