« Seedorf send off… « 

Après la débâcle Egyptienne, le  public camerounais s’attendait à ce que des têtes tombent. Il semblait urgent que les responsabilités du piètre résultat de la CAN2019 soient dégagées. Et même si on n’a pas la culture de la démission au Cameroun, il était plus que nécessaire d’assener un coup de pied dans la fourmilière. C’est désormais chose faite : Clarence Clyde Seedorf et Patrick Stéphan Kluivert sont virés ! L’information est contenue dans le communiqué de presse N°137/FECAFOOT/PDT/2019 signée le 16 Juillet  de Seidou, Mbombo Njoya. Le Ministre camerounais  des Sports  et de l’éducation physique Narcisse Mouelle Kombi avait laissé transparaitre cette fin  de contrat  lorsqu’il s’exprimait il y a quelques jours sur les ondes de la télévision nationale en ces termes : « la question du maintien de Monsieur Seedorf à la tête de notre sélection fanion est clairement posée ». On note d’ailleurs que le Patron de la FECAFOOT n’a pas manqué de signifier dans son communiqué que la décision a été prise en concertation avec le MINSEP.  Les raisons du limogeage du binôme d’entraineur ne sont pas énoncées dans ledit communiqué. Mais il est claire que le piètre résultat des lions indomptables senior en Egypte, conjugué  aux révélations fracassantes de Petrus Boumal sont autant d’éléments qui ont scellés la descente aux enfers des coachs néerlandais. Rappelons qu’après une élimination jugée prématurée pour un détenteur du titre, la délégation Camerounaise était rentrée en compte-goutte. Une attitude qui avait ravivé les tensions quand on se souvient du climat de constatation qui avait enveloppé le départ de la team en terre d’Egypte. Rappelons également que la circulation dans les réseaux sociaux d’un enregistrement sonore dans lequel l’international camerounais Petrus Boumal, non content de n’avoir pas été retenu pour la CAN, divulgue des révélations graves sur l’influence de Samuel Eto’o et les choix de Clarence Seedorf avait d’avantage terni l’image du Coach. Dans cette bande sonore, le joueur de FK Oural en Russie semble se confier à un proche en ces termes : « Seedorf c’est un malhonnête, il est nul comme coach… ». La réaction de l’ancien milieu de terrain néerlandais, aujourd’hui ex sélectionneur des lions indomptables  ne s’est pas faire attendre. Au micro de Canal 2 international, il réagi quelques jours plus tard: « C’est évident que depuis mon arrivée j’ai montré que je suis libre dans mes choix. Si c’est vrai qu’un joueur a fait des Voice messages, c’est juste une preuve d’immaturité pour lui et son entourage ». La médiatisation faite autour du rapport des procédures disciplinaires de la commission d’éthique, et aujourd’hui du limogeage du sélectionneur peut donc apparaître à tors ou à raison comme une pirouette pour détourner l’opinion publique des réels  problèmes de fond du football Camerounais.

le Tandem Seedorf-Kluivert
crédit photo: afriquefoot.rfi.fr

«Les étiquettes de l’éthique…»

C’est le 11 juillet dernier que la commission d’éthique de la fédération camerounaise a rendu publique les conclusions de la procédure judiciaire entamée contre pas moins de dix personnels et ex personnels de l’immeuble Tsinga (siège de la Fecafoot).   Parmi ceux-ci deux noms connus du grand public : Ben Modo, promoteur de l’entreprise Prime Potomac, et Tombi A Roko Sidiki, ex président de la fédération. Ce dernier a été reconnu coupable de malversations financières, de conflit d’intérêt et d’abus de biens sociaux et privés. En effet, il lui est reproché l’octroi des crédits non remboursés et des avantages injustifiés et indus à certains cadres de son équipe dirigeante. On lui reproche aussi d’avoir usurpé la fonction de Président de la FECAFOOT par la notification d’un marché après la prise de service du Comité de Normalisation. Mais la charge la plus grave est celle de la transformation d’un don de 6000 ballons offerts par l’équipementier PUMA en achat de ballon. Une commande fictive de 79 millions de FCFA. Si l’ex baron du football Camerounais s’en sort avec une suspension à vie de toute activité relative au football, certains de ses coaccusés eux par contre s’en tirent avec des blâmes et autres mises en garde. C’est le cas de  Beyeck Benjamin et Mballa Owono Bertrand, respectivement secrétaire général de la ligue professionnel de football et chargé d’Etude assistant à la ligue professionnelle de football, mais aussi de Souleymanou Konate. Toutefois la commission dirigée par Soh Jean Pierre s’est déclarée également incompétent sur les cas Kolobo Ismaïla président de KN Services et celui de Ben Modo Directeur Général de Prime Potomac. Le motif avancé est que ces derniers ne font pas partie  de la liste des personnes assujetties aux dispositions du Code d’Ethique. Pour les observateurs, limoger les coachs, sanctionner le personnel ne sont que des coups d’épée dans l’océan des problèmes du football Camerounais.

 

Lionel K@N@