Flux financiers illicites : La fin de l’hémorragie financière au Cameroun

Le Centre Régional Africain pour le Développement Endogène des Communautés (Cradec), a lancé une campagne de lutte contre les flux financiers illicites (FFI) vendredi 21 juin 2019, à Yaoundé.

0
810
Lancement de la campagne à l'hôtel Hilton

Lancée le 21 juin dernier à Yaoundé, la campagne de lutte contre les flux financiers illicites avait pour thème : « Stopper l’hémorragie financière en Afrique ». Elle a été initiée par le Cradec, membre du réseau panafricain Tax Justice Network Africa, lors d’une table ronde qui a réuni les acteurs du secteur minier.

Pour Jean Mballa Mballa, les FFI désignent l’argent produit par  l’économie camerounaise et qui sort du circuit par le canal des pratiques douteuses : blanchiment d’argent, Corruption, etc.

Cette campagne vise ainsi à rallier les populations camerounaises, à la lutte contre la fuite des capitaux au Cameroun. Pour cela, il faut sensibiliser les couches sociales sur les facteurs des flux financiers illicites dans le pays. Ainsi, plusieurs experts sur la question ont présentés les éléments qui favorisent la pérennisation du fléau dans le secteur minier camerounais.

Pour Michel Bissou, le code minier actuel ne dispose pas d’assez d’éléments propices pour lutter contre les FFI. D’après cet expert du Cradec, « l’ancien code minier s’inscrivait dans le processus d’attraction des investisseurs. Il ne prévoyait pas la collecte de revenus pour l’État ». C’est la raison pour laquelle, ce code de réglementation minier ne parvient pas lutter contre les Flux financiers illicites.

Autre cause du phénomène, le manque de contrôle des quantités de ressources exploitées au Cameroun. Selon le chef de la cellule de lutte contre les infractions de l’Agence nationale d’investigations financières (ANIF), les entreprises peuvent extraire des quantités de ressources incontrôlées. Ce qui selon l’expert, occasionne des pertes de capitaux en nature pour le pays.

Face à ce phénomène grandissant, il urge de prendre des mesures nécessaires. Des membres des organisations de la société civile demandent au gouvernement de revoir la gestion du secteur minier au Cameroun.

 

Réaction

Jean Mballa Mballa, Directeur exécutif du Cradec

Jean Mballa Mballa, Directeur Exécutif du Cradec

La campagne intitulée stop the b est une campagne de lutte contre les flux financiers illicites qui a été engagée au niveau panafricain par les organisations de la société civile africaine. Cette campagne a pour objectif de sensibiliser les différentes couches sociales dans les pays. C’est ce que le Cradec, en collaboration avec Tax Justice Network Africa qui est notre partenaire au niveau panafricain a voulu faire à travers cet atelier et surtout via la campagne qui vient d’être lancée.