Construit à l’époque coloniale allemande, le bâtiment abritant aujourd’hui le Musée National du Cameroun a d’abord servi de résidence au Major Hans Dominik, Représentant de l’autorité coloniale durant le protectorat Allemand. Rénové et agrandi en 1930,   il devint  la résidence des Représentants de l’autorité administrative française au Cameroun. Dès 1940, il est transformé en Palais des Gouverneurs français au Cameroun. Ainsi, dans ses murs ont logé des personnalités d’envergures comme Roland Pré, André Soucadaux, Pierre Charles Cournarie.

En 1960, Ahmadou Ahidjo premier Président du Cameroun indépendant en a fait sa résidence officielle. Ce n’est que depuis 1988 que le site est désigné pour abriter le Musée National du Cameroun  par le Président Paul Biya. Bâti sur une superficie de 5000 m2, ce Musée est le symbole de l’histoire du Cameroun et de l’héritage culturel, politique et socio-économique du Cameroun légué son  passé sous mandat et sous tutelle des Nations Unies. Le 16 Janvier 2015, s’est tenue la cérémonie de réouverture du  Musée National pour clôturer des travaux de  rénovation entamée en 2009. Le vaste chantier avait  été initié par  Ama Tutu Muna, la Ministre des Arts et de la Culture de l’époque pour un coût au contribuable camerounais évalué à 4 milliards de Franc CFA.

Le Minaf Bidoung Mpkatt

 

 Un aboutissement

Le jeudi 24 Janvier 2019, l’actuel Ministre camerounais des Arts et de la Culture (cf. photo) Ismaël Bidoung Mkpatt  recevait en audience Bruno Lebeurre, le Directeur de l’Agence Française de Développement. Entre autre  point au  menu de des échanges entre les deux personnalités, figurait en bonne place le projet de modernisation du Musée National du Cameroun.  Le 13 Mars 2019, le Musée  a tenu son tout premier conseil de direction sous l’ère Bidoung Mkpatt. Ce fût l’occasion d’apprécier et amender  en interne les attentes et les défis relatifs au projet de rénovation. Le 23 avril 2019  le Ministre des Arts et de la Culture a reçu une délégation d’expert français de l’Expertise Patrimonial à l’international. Elle était conduite par Sébastien Zonghero, Chef de projet au Ministère français de la Culture et de la Communication.  La séance de travail était consacrée à une étude en profondeur des détails techniques de la réhabilitation à entreprendre. C’est donc l’aboutissement d’un travail en amont  que l’on a découvert le Lundi 27 Mai 2019, lors de la cérémonie officielle de lancement des travaux. Toutefois on est en droit de s’interroger sur la précédente rénovation.  fût-elle un échec complet, un enfumage au point où, moins de cinq ans plus tard, les pouvoirs publics se trouve dans l’obligation d’initier à nouveau une nouvelle rénovation ? Est-on en droit de penser que l’initiative actuelle peut se transformer  en un gouffre financier pour l’Etat ? Ou qu’elle est simplement l’occasion d’un autre tour de passe-passe, ouvrant la voie à des indélicatesses qui affectent si souvent les marchés publics au Cameroun: surfacturation, retro commission, lobbying, conflits d’intérêts  dans lesquels certains hauts fonctionnaires véreux  ont plongé la fortune publique. Quoi qu’il en soit à travers ses travaux de rénovation, le Cameroun exprime son besoin d’un Musée National digne de ce nom.

Les défis actuels d’une rénovation

« Les statistiques de visite montrent de façon expressive le travail accompli. Ainsi, il nous revient de doter la Direction du Musée national d’outils lui permettant de se surpasser pour rentabiliser davantage cette plateforme et rendre ce lieu mythique plus attractif que par le passé » soulignait le Ministre Bidoung Mkpatt  le 13 mars dernier au sorti du tout premier conseil de direction de cette institution.  Les défis sont donc grands et les coûts énormes. Dans le discours d’ouverture des travaux du Ministre des Arts et de la Culture, on a appris que la rénovation coûtera cinq milliard quatre-vingt-huit-francs CFA.  Selon le français  Sébastien Zonghero, Chef du projet de rénovation, il s’agira de réhabiliter un espace d’accueil et un espace pédagogique. Le plan de modernisation prévoit aussi la création de la boutique de souvenirs de voyage,  l’ouverture d’une photothèque et l’aménagement des réserves pour protéger l’importante  collection qui se trouve dans la galerie d’art.  La rénovation prévoit  aussi la construction d’une nouvelle salle d’exposition et un travail sur la gouvernance de l’institution avec la création d’un organigramme moderne.  Les travaux vont s’étaler sur seize mois. L’entreprise China Machinery Engineering Corporation allié aux Bureaux d’Etudes BATI-Concept plus Sarl sont en charge  de la rénovation des bâtiments de Yaoundé. L’entreprise AMA Consultants va gérer les bâtiments annexes de Buea.  Nous espérons qu’à la livraison le Musée National du Cameroun aura rompu avec l’ère de la mauvaise gestion des archives. Les espoirs sont également permis de voire le Musée se moderniser en pénétrant le milieu du numérique permettant les visites en 3D.

Lionel K@N@